FNSEA : Christiane Lambert brigue le fauteuil

17h20 - 25 mars 2017 - par G.Y
FNSEA : Christiane Lambert  brigue le fauteuil
Après le décès brutal de Xavier Beulin, Christiane Lambert assure l’intérim à la tête de la fédération nationale agricole.

Christiane Lambert, agricultrice à Bouillé-Ménard, est la première femme à briguer le fauteuil de présidente de la FNSEA. A 55 ans, la syndicaliste franchit un nouveau cap. Dans un seul but : être utile à la profession.

C’est officiel depuis une semaine. Christiane Lambert est candidate à la présidence de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles. La syndicaliste du Maine-et-Loire, qui assure l’intérim à la tête du premier syndicat agricole de France, a  pris sa décision à la suite du décès de Xavier Beulin, le 19 février, à l’âge de 58 ans.

Après une semaine de deuil et le salon de l’agriculture à Paris où elle a eu l’occasion d’en discuter avec de nombreux responsables des autres régions,  elle se dit prête pour l’élection qui va se dérouler en deux temps. La première étape est le Congrès de Brest, du 28 au 30 mars, durant lequel seront élus les 49 représentants des treize régions et les vingt administrateurs des 31 fédérations des producteurs qui adhèrent à la FNSEA. «Le conseil élu à Brest sera convoqué le 13 avril pour élire le nouveau bureau à Paris», indique la candidate du Maine-et-Loire.

Fille d’éleveurs militants à la jeunesse agricole catholique dans le Cantal, Christiane Lambert est profondément attachée à son métier d’agricultrice.«Mon vœu est d’être utile à la profession, de faire évoluer les conditions de vie et maintenir la reconnaissance des rôles multiples remplis par les agriculteurs. » Selon elle, l’agriculture représente un secteur économique et social important. «Avec 14% des emplois en France et des entreprises qui valorisent et dynamisent les territoires.» Elle est optimiste de nature et porteuse d’espoir. Au sein de la FNSEA, elle souhaite redonner de la compétitivité en s’attaquant aux lourdeurs administratives qui brident les projets.«Il est important de se pencher sur le retard de modernisation (bâtiments, équipements, irrigations) pour pouvoir produire mieux et rivaliser avec les autres agricultures qui viennent nous concurrencer sur notre propre territoire.»

Avec la FNSEA, elle va proposer treize mesures pour les 200 premiers jours aux candidats à la présidentielle.

0 commentaires

Envoyer un commentaire