23 millions d'euros d'investissement identifiés pour l'Anjou bleu

00h00 - 24 mars 2017 - par D.A
23 millions d'euros d'investissement identifiés pour l'Anjou bleu
étienne Glémot, Christian Gillet, Béatrice Abollivier et Gilles Grimaud, ont signé le contrat de ruralité.

Les élus viennent de signer le contrat de ruralité pour l'Anjou bleu. Ce contrat va permettre d'identifier 23 actions concrètes à mettre en place à l'échelle du Pays Segréen lors des six prochaines années. En tout ce sont 23 millions d'euros d'investissement qui sont programmés.

Gilles Grimaud, président de l’Anjou bleu communauté ; Etienne Glémot, président de la Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou ; Christian Gillet, président du Département et Béatrice Abollivier, préfète de Maine-et-Loire, ont signé, mercredi 22 mars dernier, le contrat de ruralité pour l’Anjou bleu pour une durée de six ans. Ce contrat de ruralité permet de coordonner les moyens financiers et les actions à mener à l’échelle d’un territoire. Il est issu d’un travail de plusieurs mois en amont qui a permis d’identifier les besoins à l’échelle du Pays de l’Anjou bleu.

Ce contrat permet donc d’inscrire 23 actions bien précises en matière d’accessibilité aux services et aux soins, de développement de l’attractivité, de redynamisation des bourgs-centres, de mobilité, de transition écologique, ou encore, de cohésion sociale.

En tout, ce sont 23 millions d’euros de travaux que vont nécessiter la mise en place de ces actions. Ces dernières se concrétisent par exemple par la création d’un pôle santé multisites à Pouancé et Candé à l’informatisation des écoles et collèges en passant par la valorisation du chemin de halage de l’Oudon ou encore le développement des équipements sportifs sur Ombrée-d’Anjou.

« Le but c’est aussi de fédérer l’ensemble des acteurs locaux. De donner de la cohérence et de coordonner tous les moyens autour d’un projet fédérateur. Le contrat permet également de donner plus de lisibilité et de visibilité à ce qui se fait sur le territoire », a souligné la préfète, Béatrice Abollivier.

Les actions réalisées dans le cadre du contrat pourront bénéficier des subventions habituelles de la part de l’Etat. En plus, 2,2 millions d’euros d’aide supplémentaires seront disponibles sur l’ensemble du département.

L’Anjou bleu est le deuxième territoire après les Mauges dans le département à signer ce contrat. Les cinq autres intercommunalités (hors Angers Loire Métropole) devront le faire d’ici la fin de l’année.

0 commentaires

Envoyer un commentaire