E. Macron fait aussi des émules dans le Segréen

16h12 - 21 janvier 2017 - par D.A
E. Macron fait aussi des émules dans le Segréen
David Georget et Benoît Christian sont coordinateur et animateur du mouvement “En marche” dans le Haut-Anjou.

Le phénomène Macron prend de l’ampleur partout en France et l’Anjou n’est pas épargné. Dans le département, plus de 1 300 personnes ont, en quelques mois, adhéré au mouvement “En marche” lancé par l’ancien ministre de l’économie. D’abord centralisés autour d’Angers, des comités locaux à Segré et au Lion-d’Angers voient le jour.

Ils sont deux à gérer et coordonner le mouvement dans le Haut-Anjou. David Georget et Benoît Christian sont des Macronnistes convaincus. Le premier, âgé de 24 ans, habite Le Lion-d’Angers et enseigne l’éco-gestion dans un lycée segréen. Le second habite Segré et est comptable à Angers.

Intéressés depuis longtemps par la politique, les deux semblent avoir trouvé en Emmanuel Macron leur idéal politique. « Lors des dernières présidentielles de 2012, j’avais voté Bayrou, sans trop de conviction. Mais j’ai toujours été assis entre deux chaises. D’un point de vue économique je me sens plus près de la droite, mais d’un point de vue social, c’est plus la gauche qui m’attire », explique d’abord Benoît Christian. Même chose pour David Georget, engagé jusqu’il y a peu à l’UDI. « Emmanuel Macron, c’est la synthèse des bonnes idées de la droite, du centre et de la gauche pour faire un projet qui rassemble ». Autre atout majeur chez Macron : l’Europe. « Aujourd’hui c’est le seul candidat qui défend le projet européen. Un sujet cher pour tous les adhérents de “En marche”. »

Séduits par le fond autant que par la forme

Ce qui leur plaît également chez Emmanuel Macron, c’est qu’il n’a pas fait carrière dans la politique. Car pour eux, ce qui compte presque autant que le fond dans le mouvement “En marche”, c’est la forme. « Dans notre mouvement, les idées viennent de la base pour construire le mouvement vers le haut. Il révolutionne complètement le fonctionnement des partis politiques. Ses expériences dans les entreprises privées comptent beaucoup. »

Exemple : la grande marche du printemps dernier, où les militants sont allés questionner en porte-à-porte la population pour connaître leurs envies, « prendre la température ». Des informations remontées à Emmanuel Macron qui crée ensuite son programme en fonction.

En Maine-et-Loire, on compte déjà plus de 1 300 adhérents. Rien que pour les comités de Segré et du Lion, ce sont déjà 250 inscrits.

Mots clés : macron, en marche,

0 commentaires

Envoyer un commentaire