Balcon effondré à Angers : la société Bonnel de Champigné réagit

19h12 - 17 octobre 2016 - par G.Y
Balcon effondré à Angers : la société Bonnel de Champigné réagit
Les bouquets de fleurs et dépôts d'objets sont nombreux au pied de l'immeuble rue Maillé.

Samedi 15 octobre en soirée, une pendaison de crémaillère dans un logement collectif, en ville, a tourné au drame. Quatre jeunes ont péri à la suite de l’effondrement d’un balcon au 25 rue Maillé à Angers. Un drame qui a fait réagir la société Bonnel de Champigné, constructeur du bâtiment.

Dans un communiqué adressé ce lundi 17 octobre à notre rédaction, l’entreprise de maçonnerie Bonnel de Champigné s’exprime par l’intermédiaire de son avocat Pascal Rouiller. Nous relatons l’intégralité du communiqué : «La société Bonnel, entreprise de maçonnerie, exerce son métier avec rigueur et sérieux depuis plusieurs dizaines d’années, et elle n’a jamais eu à déplorer le moindre sinistre corporel.
La direction de l’entreprise et l’ensemble du personnel sont donc particulièrement touchés par le drame de ce week-end, en l’occurrence l’éffondrement des balcons d’un immeuble situé rue Maillé à Angers, dans des circonstances à ce jour indéterminées. Leurs pensées vont bien évidemment d’abord aux victimes et à leurs familles.

La société Bonnel pas concernée par l'entretien et la maintenance

La société Bonnel a participé avec d’autres sociétés du bâtiment à la construction de l’immeuble en cause dans le cadre d’un marché privé, et notamment à l’installation de ces balcons. Le procédé utilisé pour cette réalisation - qui remonte à 1998 - ne présente strictement aucune originalité et la construction a été effectuée de manière classique dans le respect scrupuleux des règles de l’art, et sous le contrôle des personnes chargées de vérifier la qualité de ce type d’ouvrage.

La société Bonnel a donc été associée à la seule réalisation de l’immeuble mais n’a pas été d’une quelconque manière concernée par son entretien ultérieur et à sa maintenance, et ne peut donc s’exprimer sur les conditions dans lesquelles ces balcons auraient présenté une défaillance liée à une usure anormale. La société Bonnel est aujourd’hui à la disposition de la Justice et des services d’enquête pour apporter sa pleine et entière contribution à la manifestation de la vérité.»`

Le promotteur attend les premières conclusions

Alain Rousseau, président de la SAS Alain Rousseau Immobilière Comine, promoteur de la résidence, a adressé un message aux familles des victimes. En voici le contenu intégral : « Les dirigeants et les collaborateurs de la société Alain Rousseau Immobilière Comine, promoteur de la résidence le Surcouf, 25 rue Maillé à Angers, partagent la profonde tristesse des familles des victimes du drame survenu samedi soir dernier.
Cet immeuble conçu entre 1996 et 1998 avait été livré à ses clients fin 1998 par la société Alain Rousseau Immobilière Comine. Une expertise est en cours pour comprendre l’origine de ce drame sans précédent à Angers et très exceptionnel de par sa nature. Nous attendons désormais les premières conclusions des experts afin de comprendre les raisons de ce drame.
Promoteur Angevin depuis plusieurs décennies, notre entreprise a toujours réalisé des opérations immobilières dans le total respect des normes en vigueur. Elle souhaite que toute la lumière soit faite pour connaître les causes de cet événement tragique.»

1 commentaires
  1. Pas de langue de bois

    On va bientôt parler "présumée chute de balcon", tant il ne faut pas toucher aux gens importants. Faites ce test : sur internet : écrivez " schéma de ferraillage d'un balcon" et sur Société Halfen : dispositifs de ferraillage d'un balcon. Les résultats seront immédiats : vous verrez que les ferraillages prescrits par les règles de l'art et les armatures fournies par cette société allemande (une des plus réputées) ne correspondent pas du tout à ce que l'on voit sur les photos. Quand à la protection des armatures, elle doit exister de manière perenne dès la construction des balcons et tous autres ouvrages soumis aux intempéries. Qui se soucie de l'étanchéité des jonctions de balcons, ou d'escaliers extérieurs (qui sont dans le même cas), personne, et c'est normal, la protection doit être faite à vie dès la construction. Dans le cas contraire : chaque bail de location comprendrait en rouge : "n'oubliez pas l'étanchéité de vos balcons , sinon ils vont tomber lors de vos grosses fêtes"

Envoyer un commentaire


NULL