Souvenir des victimes et héros de la Déportation : “Respect, reconnaissance et admiration”

00h00 - 28 avril 2005
Souvenir des victimes et héros de la Déportation : “Respect, reconnaissance et admiration”

La journée nationale du souvenir des victimes et héros de la Déportation avait cette année un caractère tout particulier. Elle marquait en effet le soixantième anniversaire de la libération des camps de concentration et des camps d’extermination.Dimanche matin à Château-Gontier devant la stèle des Martyrs, en présence du sous-préfet et des élus locaux, les associations patriotiques et d’anciens combattants ont rendu un hommage ému et solennel à toutes celles et à tous ceux qui subirent la pire des épreuves. “L’immense tragédie de la Déportation est gravée pour toujours dans la mémoire de la Nation. Jamais nous ne pourrons oublier le martyre des victimes des camps de la mort” a déclaré Laurent Olivier en lisant le message du ministre délégué aux anciens combattants. “Nous sommes rassemblés pour témoigner aux survivants notre respect et notre admiration. Brisés, humiliés, martyrisés, ils sont nos héros. Nous exprimons notre reconnaissance indéfectible aux déportés résistants et politiques qui prirent tous les risques pour défendre leurs idéaux. Nous sommes rassemblés pour transmettre aux générations futures le souvenir de ce malheur et pour les inviter à en tirer les enseignements. L’évocation de ces temps de terreur doit convaincre chacun de la nécessité d’être toujours vigilant dans la défense de nos principes essentiels de liberté d’égalité et de fraternité en France, en Europe et dans le monde”.Trois lycéennes, lauréates du concours national de la Résistance, lurent ensuite le message commun des associations de déportés. 60 ans après, les survivants des exactions nazies facilitées en France par la complicité du gouvernement de Vichy se félicitent que leur douloureuse expérience ait suscité une avancée de la conscience universelle et du droit international. “L’histoire ne doit pas se répéter. Il faut utiliser l’intelligence des hommes dans la recherche de la paix et de l’amélioration de la condition humaine. L’effort de chacun doit se tendre vers l’abolition des inégalités encore trop présentes dans le monde. C’est à la jeunesse de prendre le relais des témoins et d’entretenir la flamme.”

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire