L'abattoir du Lion-d'Angers encore bloqué

14h44 - 15 juin 2015 - par D.A
L'abattoir du Lion-d'Angers encore bloqué

Un mois après une première opération de blocage, l'accès à 16 sites d'abattage était obstrué, lundi 15 juin au matin, suite à un appel de la Fédération nationale bovine, des jeunes Agriculteurs et de la FNSEA. L'abattoir Elivia du Lion-d'Angers figure sur cette liste.

Dans un contexte de baisse des prix de la viande bovine et alors que la rentabilité des exploitations est mise en péril, les éleveurs avaient promis de se mobiliser à nouveau, si aucun progrès n'était constaté, un mois après la table ronde qui s'est tenue, autour du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, lequel avait demandé aux acteurs de la filière (grande distribution et abattoirs), d'assurer une hausse des prix à la production. Pas de progrès notable, ont considéré les éleveurs, avec des cours qui sont les plus bas d'Europe. Pour mettre à nouveau la pression sur une filière, dont ils estiment être les grands perdants, ils tiennent leur position sur 16 sites d'abattage français, dont quatre en Pays de la Loire. Rien ne justifie que les prix soient aussi faibles, estiment les producteurs : « L'offre est en effet inférieure à la demande à l'échelle de la France et on ne constate pas de surproduction au niveau mondial. Les prix augmentent partout sauf en France », constate Mickaël Trichet, président de la section bovine FRSEA. Les producteurs assurent s'être lancés dans un marathon. L'accès à l'abattoir sera bloqué jusqu'à mercredi au moins… et encore après la nouvelle table ronde prévue mercredi 17 juin s'il le faut. Alors qu'une vague de départs en retraite se profile après 2015, les éleveurs sont particulièrement inquiets : avec un faible niveau de rentabilité, les exploitations trouveront plus difficilement preneurs. Le déséquilibre de la filière menace donc directement, à leur yeux, l'avenir de l'élevage bovin français.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire