Laure Poirier à Congrier : une femme partie de rien décorée de l'ordre national du mérite

17h39 - 09 mars 2015 - par S.P
Laure Poirier à Congrier : une femme partie de rien décorée de l'ordre national du mérite
Laure Poirier a décorée par son employeur Jacques Dirickx.

Laure Poirier, une Congriéenne aux racines familiales gitanes et sans diplôme quasiment a obtenu la médaille de chevalier de l'ordre national du mérite. La 4e récompense dans le protocole français. Une reconnaissance voulue par le préfet de la Mayenne pour le parcours exceptionnel de cette femme, qui résonne en écho à la journée de la femme le 8 mars.


Laure Poirier 45 ans est originaire de Chambord, là où sa mère s’est sédentarisée. Laure est uniquement titulaire d’un CAP. Elle débuta sa carrière professionnelle par de petits boulots dans l’industrie. Puis elle devient vendeuse de fromages et légumes, en porte-à-porte, etc. Elle trouve ensuite un travail dans une enseigne. « J’y ai fait tous les boulots : magasinière, caissière, responsable de rayons… Bref tous les postes sauf celui de responsable du magasin, alors je suis partie. »
Laure conjugue vie professionnelle et vie familiale avec ses deux enfants. Elle continue ensuite dans l’imprimerie, puis dans l’automobile. A la fin des années 90, la jeune femme arrive en Mayenne à Renazé, où elle travaille pour Selha. Elle qui avait dit à sa sœur le jour de son entretien : « Aucune chance que je m’installe ici ! » Pourtant elle y travaillera six ans. Elle reviendra surtout sur ses premières impressions : « Je me suis dit peu après : qu’est ce qu’ils sont gentils les Mayennais ! » Puis elle décide de poursuivre son ascension professionnelle dans le groupe Dirickx.
J. Dirickx : « Une pure autodidacte», qui relève tous les défis qu'on lui donne :  « Laure est arrivée chez nous en 2007 comme chef d’équipe à l’atelier serrurerie, une nana dans un milieu de mecs. Elle a axé son management sur sa culture de la performance apprise dans le milieu automobile. Le challenge a brillamment été relevé et nous a poussés à la faire grandir. Nous lui avons confié le service clients composé uniquement de femmes cette fois-ci. Elle est donc passée d’une unité de production à une autre administrative. Elle a encore relevé le défi car Laure est une femme de combat qui aime construire, expérimenter, consolider et mesurer les résultats. »
Et de conclure : « Laure est une pure autodidacte, partie de rien, sans diplôme, sans formation, animée par sa seule soif de réussite. »
Motivation, « chance et rencontres »

Laure Poirier a pris la parole dans un discours empreint d’émotions, d’humour et d’autodérision.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire