Marta a échangé par amour le Costa Rica contre Pouancé

09h23 - 30 août 2013
Marta a échangé  par amour le Costa Rica contre Pouancé

Au fil de l'été découvrez des personnes originaires de l'autre bout du monde, installées dans le Haut-Anjou. Pour clore cette série, découvrez une histoire extraordinaire entre un Craonnais et une Indienne du Costa Rica. Installés à Pouancé, la différence des cultures est énorme, mais en aucun cas, elle ne pose problème.

«Il a fallu que j'aille la chercher dans la montagne», plaisante Grégoire Brillet. Le Craonnais décide, il y a cinq ans, de faire un tour du monde pendant un an, avec des amis. De passage en Amérique Latine, il s'arrête à un festival interculturel au Costa Rica. «J'étais à ce festival pour présenter ma tribu indienne, nommée les 'Bribris” et présenté notre artisanat», explique Marta Brillet. «Elle ne descendait qu'une fois par an dans la vallée, et j'étais là !», raconte Grégoire. Le jeune homme se montre curieux face à cette tribu qui ne représente qu'1% de la population costaricaine. «Nous sommes 400 à vivre dans un village perché dans les montagnes», explique Marta.
Le Craonnais décide alors de la suivre pour découvrir cette réserve indienne qui l'intrigue. «Au lieu de rester quinze jours, il est resté quatre mois», se remémore la Costaricaine. Le charme opère, une belle complicité s'installe, le couple ne se quitte plus. «Grégoire a dû rentrer en France, pendant trois mois, mais il pensait déjà revenir me voir», explique Marta. Avant de partir, Grégoire apprend à son amie comment utiliser Internet et lui apprend à envoyer des e-mail. «Marta avait 17 ans, mais dans sa tribu, il ne connaissait pas Internet. Il fallait qu'elle fasse une heure de marche avant d'avoir accès à un ordinateur, dans la vallée», explique-t-il.

lire l'article dans l'édition du 30 août

Mots clés : vivre à l'étranger,

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire