Grand Cross de Craon : le doyen A Dieu Vat crée la surprise en s’imposant

06h00 - 08 septembre 2019 - par C.T
Grand Cross de Craon : le doyen A Dieu Vat crée la surprise en s’imposant
A Dieu Vat qui négocie le fameux Rail ditch. - © Haut Anjou

A Dieu Vat monté par l’un des locaux Alain de Chitray, et entraîné par Nicolas de Lageneste, a remporté sa première couronne à Craon, en s’inspirant de l’édition 2018. Retrouvez nos deux pages spéciales courses de Craon dans notre édition de vendredi 6 septembre

Ils n’étaient que six concurrents au départ du Grand Cross 2019 (Prix Super U).

Une faible affluence qui s’explique par le fait que Dieppe a fait recourir son cross (après un incident de parcours survenu en juillet), le jeudi précédent, privant ainsi Craon de prétendants. «Je déplore cette faible participation, je m’en excuse même, a lancé le président de la société des courses au micro devant le public mais ceux présents sont de très haute qualité et le spectacle sera au rendez-vous».

Mano a mano A Dieu Vat et Bandito Conti, Bucefal coince

Difficile de savoir qui pouvait l’emporter même si Bucefal, dauphin malheureux l’an passé, et monté par le Craonnais Clément Lefebvre déjà victorieux dans le week-end, semblait favori.

Parc Monceau, le vainqueur 2017, avait sa carte à jouer comme Bandito Conti le vainqueur de la préparatoire, le Télopée en juin, sur cette même piste. Cap Mix et Chez Pedro complétaient la liste des postulants. C’Lartiste Maude, le tenant du titre, n’était pas présent.

D’entrée le doyen A Dieu Vat (9 ans), monté par Alain de Chitray, originaire de Châtelain, prend les commandes et imprime le rythme de cette épreuve de 6 000 m et 31 obstacles.

Sur le talus, Angelo Gasnier sur Chez Pedro entraîné par Philippe Quinton chutera. Dans le dernier virage, Parc Monceau s’échappe. Bucefal, lui, tente de revenir de l’arrière comme à son habitude. Cette fois-ci, il coincera. A Dieu Vat réalisera une superbe ligne droite pour prendre la tête et résistera à Bandito Conti (2e).

Parc Monceau finira finalement 3e. 4e : Bucefal et 5e Cap Mix.

La surprise est totale. En effet, A Dieu Vat, 3e l’an dernier, n’avait plus gagné depuis mai 2017. Il ne comptait aucune victoire en cross en neuf tentatives.

Nicolas de Lageneste : «sur un nuage !»

«Je me suis inspiré de ce qu’avait fait Wilfried (Denuault, vainqueur l’an passé avec C’Lartiste Maude)», explique Alain de Chitray, à l’arrivée. «Cette course fait partie de celle qu’on rêve de gagner quand on est enfant.»

Alain est le frère d’Edouard, entraîneur de galopeur. Alain est aussi le fils d’Arnaud de Chitray, bien connu dans le monde des courses. Il est en effet l’éleveur de Dryades des Bois, vainqueur du Prix d’Amérique.

«C’est une course très difficile à préparer, à courir et à gagner», résumait l’entraîneur/propriétaire/éleveur Nicolas de Lageneste installé au haras Saint-Voir dans l’Allier, qui se disait «un peu sur un nuage» après la vicoire de son protégé récupéré en 2016.

 

Retrouvez nos deux pages spéciales dans notre édition de vendredi 6 septembre 2019

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire