Un sud-Mayennais vit sur l’eau, dans l’un des plus anciens bateaux français

06h00 - 31 juillet 2019 - par R.G
Un sud-Mayennais vit sur l’eau, dans l’un des plus anciens bateaux français
En plus de sa passion pour le bateau, Jean-Paul Després est aussi un amateur de moto. Il restaure actuellement cette Harley-Davidson. - © Haut Anjou

Depuis plus de vingt ans, Jean-Paul Després vit sur le Laisser dire, un bateau vieux de 130 ans qu’il a acheté en épave et à qui il a redonné de la superbe. Rencontre avec ce passionné de restauration au port de Daon.

« Franchement, la Mayenne est belle, non ? » Depuis le hublot de son bateau répondre par la négative serait de mauvaise foi. Jean-Paul Després est un homme qui vit au fil de l’eau. Ne lui demandez pas où il se trouvera demain, il n’en sait rien. Le sexagénaire vit depuis plus de vingt ans sur « l’un des plus anciens bateaux de France ». Quand il a acheté en 1995 le Laisser dire, du boulot l’attendait pour pouvoir en faire sa résidence principale. « C’est d’un banal en fait », ajoute-t-il hilare.

Après Neptune, le Laisser dire

Après avoir habité sur Neptune « l’un des plus célèbres bateaux de la Mayenne » et dans lequel habite désormais son fils, Julien, Jean-Paul Després a jeté son dévolu sur cette péniche de 1889 de 16,5 m sur 4,1 m.

Quand il montre les photos de cette épave qu’il récupère il y a 14 ans, on constate tout le travail qu’il a réalisé pour lui redonner de sa superbe et « son apparence de Vaporetto de la fin du XIXe siècle ».

Etape par étape, il y parvient mais « j’ai encore du boulot », déclare-t-il tout sourire alors que ce jour-là il est amarré au port de Daon à quelques mètres seulement de la maison de ses grands-parents.

Vivre dans une maison n’a jamais vraiment été trop son truc. Il a bien par le passé habité à Juvigné ou Saint-Barthélémy-d’Anjou mais Jean-Paul Després se sent plus à son aise sur un bateau.

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 26 juillet 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire