L’histoire vraie mais méconnue de la Résistance à Mée

14h00 - 04 août 2019 - par C.T
L’histoire vraie mais méconnue de la Résistance à Mée
Il a écrit un livre sur un fait historique local. - © Haut Anjou

Alain Chevrollier, 71 ans, ancien géomètre, a écrit son premier livre historique, Mée 1943, sur un fait de Résistance qui s’est déroulé dans sa commune d’origine, Mée, et qui plongea la population dans la peur d’une vengeance nazie.

Alain Chevrollier a, depuis des années, récolté différents témoignages, récits, photos, plans... sur une histoire méconnue de la Résistance locale.

Elle a abouti à la mort de deux Allemands (la population locale a alors vécu dans la peur d’une vengeance nazie), à des arrestations et au décès dans un camp d’un habitant de Saint-Quentin-les-Anges, innocent, qui a juste eu le tort de ne pas avoir aidé un Allemand.

Deux Allemands tués, un troisième blessé

En 1943, Ernest Floege, un Américain Résistant, gérant d’une société d’autobus à Angers (là où habitaient également ses beaux-parents) se mit à chercher une base.

Celui qui se faisait appeler Paul trouva une maison à louer à Mée. La dernière du bourg, route d’Ampoigné. « Il avait été envoyé en France par l’OSS, l’ancêtre de la CIA, et était engagé par les services britanniques », souligne Alain Chevrollier.

Paul avait fait connaissance d’un certain André Bouchardon, dit Michel, né dans le Rhône, qui faisait office de radio. Ce dernier était en contact avec Londres.

« Leur mission était d’établir des réseaux de Résistance. » Ce qu’ils firent. Des actions sont menées, des armes cachées, des parachutages ont lieu (dont deux à Mée), etc.

150 exemplaires

Cet ouvrage est étayé de multiples photos et plans afin de mieux saisir l’histoire et les personnalités des protagonistes. Il est publié à 150 exemplaires (éditions MCP Fontaine-Couverte, imprimé par Léridon à Craon). Vous pouvez les trouver à M’Lire Anjou et à l’espace culturel du Leclerc de Château-Gontier ou directement auprès d’Alain Chevrollier au 06 17 17 36 05.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire