Jean Arthuis et François Zocchetto à la rencontre des élus du sud-Mayenne

00h00 - 27 avril 2006
Jean Arthuis et François Zocchetto à la rencontre des élus du sud-Mayenne

Après Laval et avant Mayenne, Jean Arthuis et François Zocchetto ont rencontré mardi soir à l’Hôtel de ville de Château-Gontier des élus du sud-Mayenne. Les deux sénateurs UDF ont ainsi pris l’habitude de venir une fois par an rendre compte de leurs travaux parlementaires mais aussi d’échanger et percevoir au plus près du terrain les préoccupations des élus locaux.En préambule, Jean Arthuis et François Zocchetto ont donné leur vision de la situation de la France «qui traverse une crise de ses institutions, de l’autorité de l’Etat et de ses finances publiques». Revenant sur l’affaire du CPE, les deux sénateurs estiment que la vie parlementaire a été baffouée. «Nous n’avons eu aucune possibilité d’amender le texte. Et nous ne l’avons pas voté parce que nous considérions qu’il n’était pas la meilleure réponse au scandale que constitue le chômage des jeunes».Et Jean Arthuis de poursuivre : «Je pense que nous sommes arrivés à la fin d’une époque et d’un mode de gouvernance avec un pouvoir qu’on occupe plus qu’un pouvoir qu’on exerce. Il y a un côté monarchie républicaine qui est devenu insupportable». Les deux sénateurs mayennais ont également fait le constat d’une démocratie qui est en panne et d’une distance qui se creuse entre les politiques et les citoyens. «Le débat de fond est écarté par manque de courage, par crainte d’altérer les chances des candidats à l’élection présidentielle». Face à un modèle social à bout de souffle, un taux de chômage élevé et des déficits publics abyssaux, ils souhaitent (à l’approche d’échéances électorales importantes) qu’un débat sur de vrais projets puissent s’ouvrir. «Cessons de raconter des fariboles et ouvrons les yeux. Nous avons une exigence de vérité à l’égard de nos concitoyens. Avec lucidité, courage et concertation, nous devons les préparer à des réformes structurelles essentielles. Car dans une économie globalisée, nos lois nationales sont devenues inadaptées et constituent de sérieux handicaps».Au cours de la soirée, Jean Arthuis et François Zocchetto ont évoqué différents sujets sur lesquels s’interrogent les élus. Parmi les questions qui reviennent le plus, citons : la contribution financière des communes aux écoles privées, la simplification de la vie administrative, le fonctionnement des communautés de communes et le mode de désignation des élus communautaires.... Les thèmes environnementaux et notamment les questions liées aux déchets sont aussi souvent abordés.Enfin Jean Arthuis (qui était récemment au Japon) a été interrogé sur la grève de la faim conduite par son collègue UDF de l’Assemblée nationale Jean Lassale pour retenir une entreprise dans sa commune. «C’est un geste respectable, mais c’est une violence qui n’est pas conforme à l’idée que nous nous faisons de notre mandat» ont commenté deux sénateurs.Y.M.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire