Le parc éolien de Grande Lande dans le Pays de Craon en attente du feu vert du préfet

06h00 - 27 juin 2019 - par C.T
Le parc éolien de Grande Lande dans le Pays de Craon en attente du feu vert du préfet
Voici le photo-montage de ce que donnera le projet une fois réalisé. - © Haut Anjou

Le parc éolien de Grande Lande est en bonne voie. Ne reste plus que le feu vert du préfet et les huit éoliennes installées à Saint-Michel-de-la-Roë et La Selle-Craonnaise sortiront de terre.

« Nous avons reçu l’avis favorable du commissaire enquêteur, nous attendons celui du préfet et le projet rentrera dans sa phase finale », explique Gwenaël Verger de la société BayWa r.e.

Cette société, dont le siège est basé à Paris, possède un bureau de développement à Nantes. « Nous sommes présents sur le territoire français depuis dix ans, mais la société mère allemande est centenaire.»

Elle mène ce projet dont elle est propriétaire avec la collaboration de Qénéa énergies pour la partie technique. Il s’agira de son premier parc éolien en Mayenne.

Huit éoliennes sur deux communes

Au total, huit éoliennes d’une hauteur de 125 à 150 m sont prévues : quatre sur des terrains situés à Saint-Michel-de-la-Roë et quatre sur d’autres à La Selle-Craonnaise.

«'Le projet avait débuté en 2007 quand les élus locaux avaient délimité une zone pour un projet éolien futur, puis avait choisi comme développeur Qenéa.»  Il faut dire que le site s’y prête.

« Nos études avec mâts d’études nous ont confirmé le potentiel du lieu. Il est bien situé, bien venté avec un habitat éloigné et dispersé qui nous permet d’implanter huit éoliennes, ce qui n’est pas rien, tout ceci en respectant les règles d’acoustique, la biodiversité etc. » D’ailleurs, « ce projet n’a pas souffert d’opposition locale », constate Gwenaël Verger.

Les éoliennes seront situées sur des terrains privés «avec des propriétaires qui ont tous donné leur accord, seuls les postes de livraison seront implantés sur un terrain de la communauté de communes.»

Les éoliennes produiront 39 000 MG/h par an soit l’équivalent de la consommation électrique de 7 500 foyers (en moyenne 18 000 habitants), chauffage compris. «Cela représente un tiers de la population du territoire du Pays de Craon.» Elles éviteront le rejet de 10,2 t de CO2.

Localement, des retombées financières sont également attendues.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire