Château-Gontier : des ateliers d’art-thérapie pour les malades du cancer

14h00 - 11 juin 2019 - par R.G
Château-Gontier : des ateliers d’art-thérapie pour les malades du cancer
Francette Froger qui a découvert l’art-thérapie alors qu’elle devait faire face au cancer souhaite désormais lancer des ateliers pour les malades. - © Haut Anjou

Après son combat contre la maladie, Francette Froger défend le projet d’un atelier d’art-thérapie à Château-Gontier-sur-Mayenne pour des personnes atteintes d’un cancer.

Vous vous souvenez certainement du témoignage bouleversant de Francette Froger (édition du Haut Anjou du 7 octobre 2018). à l’occasion d’une mobilisation contre le cancer portée par Musical’âme et Sports marche et santé (SMS), l’Azéenne de 58 ans revenait sur son parcours pour lutter contre la maladie et transmettait un message d’optimisme et d’espoir grâce à la découverte de l’art-thérapie.

« La maladie a été un révélateur »

Francette Froger expliquait alors que « la peinture utilisée à des fins thérapeutiques avait été salvatrice afin de surmonter cette difficile épreuve. »

Aujourd’hui, la quinquagénaire va bien et a repris son travail à mi-temps thérapeutique. Elle continue à peindre, notamment chez elle où elle s’est installée un petit atelier, toujours soutenue par son mari et ses filles.

Et c’est sans compter sur la détermination de Francette qu’une idée a continué à germer dans son esprit. « La maladie a été un révélateur, sans elle je n’en serais pas là ! Je suis convaincue que j’ai un rôle à jouer, un message à porter. Je souhaite aider les patients à aller mieux mais je ne sais pas trop comment », déclarait-elle dans nos colonnes.

Quelques mois plus tard, elle concrétise cette idée avec le projet d’offrir aux malades du cancer la possibilité de découvrir l’art-thérapie, dont elle a expérimenté les bienfaits et le lâcher-prise qu’elle procure. 

Francette Froger veut ainsi proposer pour septembre prochain un atelier d’art-thérapie à Château-Gontier avec le soutien de la Ligue contre le cancer 53.

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 7 juin 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire