Pointé du doigt sur le dossier de l’hippodrome, le maire de Craon réagit

14h00 - 27 mai 2019 - par C.T
Pointé du doigt sur le dossier de l’hippodrome, le maire de Craon réagit
Claude Gilet rejette la balle à la communauté de communes qui ne trouverait pas d’accord avec la société Hegler après trois ans de négociation. - © Haut Anjou

Le maire de Craon, pointé du doigt par différents élus concernant le dossier de l’agrandissement de l’hippodrome et de la zone économique Eiffel, répond que le blocage ne vient pas de lui et de la Ville de Craon, mais de la communauté de communes qui ne trouve pas d’accord avec Hegler.

Le maire explique que l'invitation était « cavalière : l’avant-veille, un échange téléphonique a eu lieu entre moi et le président de la société des courses. Il concernait uniquement la participation financière de la ville de Craon pour l’animation envisagée le premier week-end de septembre. Avant de terminer, le président me demande alors : “si les politiques m’avaient informé de la visite de Christelle Morançais”, c’est-à-dire, 48 h avant. Je lui ai répondu que non. »

Hegler et le Pays de Craon, ça en est où ?

Pour que l’extension de l’hippodrome se réalise, et que la zone économique Eiffel s’agrandisse, il faut la rétrocession de deux terrains détenus par la Ville de Craon.

«Il a toujours été convenu que cette rétrocession n’interviendrait qu’après l’accord qui doit se réaliser entre la société Hegler, la société des courses de Craon et la communauté de communes. » Mais de constater que depuis trois ans, « ça ne bouge pas. On nous dit juste que c’est en bonne voie...», précise Claude Gilet.

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 24 mai 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire