Ghislaine héberge des personnes âgées et handicapées à Renazé depuis vingt ans

06h00 - 24 avril 2019 - par S.P
Ghislaine héberge des personnes âgées et handicapées à Renazé depuis vingt ans
Ghislaine Moyon, avec son mari, est famille d'accueil depuis vingt ans. - © P.S.

Depuis vingt ans, Ghislaine Moyon accueille des adultes ayant besoin d’un accompagnement quotidien. C’est à la suite de l’annonce d’une association qui recherchait des familles d’accueil, pour recevoir des adultes handicapés durant les vacances de Noël 1999, que l’aventure a commencé.

Ghislaine se rappelle de cette première expérience : «Nous avons accueilli une femme et un homme. Et ça s’est tellement bien passé que j’ai aussitôt demandé un agrément au Conseil général !».

En 2000, Ghislaine Moyon est donc devenue officiellement accueillant familial, durant les week-ends et les vacances de Noël. Elle travaille principalement pour les foyers d’accueil, les Crat (Centres ruraux d’aide par le travail), ainsi que pour des familles.

L’agrément permet d’accueillir des adultes handicapés, mais aussi des personnes âgées : «Peu de gens savent que cela est possible, mais les familles ont la possibilité de faire accueillir une personne âgée dans une famille comme la nôtre.»

Une vraie vocation

La vie quotidienne est bien remplie pour Ghislaine Moyon qui, outre le fait d’assurer l’hébergement et les repas, doit aussi leur trouver des occupations tout au long de la journée. Cela passe par de nombreuses promenades, du jardinage, bricolage, ainsi que diverses sorties ou shopping.

L’un des éléments compliqués reste l’organisation des vacances de Ghislaine et Maurice Moyon, puisqu’il leur faut alors trouver une famille de remplacement.

En effet, la Mayenne qui comptait 80 familles d’accueil en 1999, n’en compte plus qu’une quarantaine à ce jour, dont une dizaine dans le sud-Mayenne. Il y a aujourd’hui un vrai besoin de nouvelles familles pour assurer ce métier, qui est une vraie vocation...

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 19 avril 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire