Senonnes-Pouancé : des jeunes « livrés à eux-mêmes » inquiètent les acteurs locaux

06h00 - 17 avril 2019 - par C.T
Senonnes-Pouancé : des jeunes « livrés à eux-mêmes » inquiètent les acteurs locaux
Les acteurs locaux se mobilisent pour que viennent enfin se loger les jeunes de la filière hippique dans la résidence André-Baslé. - © Haut Anjou

Beaucoup de jeunes travaillent au Centre d’entraînement régional de galop de l’ouest (Cergo) de Senonnes-Pouancé. Problème : ils se logent dans le parc privé, livrés à eux-mêmes ce qui pose des problèmes, alors que Iliade habitat jeunes a investi dans une résidence.

Le Cergo est une véritable institution dans le milieu hippique. 250 emplois gravitent autour. En 2017, les 36 entraîneurs et 550 chevaux ont raflé 487 victoires et généré un million d’euros de gains.

Parmi les emplois, beaucoup de jeunes qui travaillent dans les différentes écuries. Un centre d’accueil et d’hébergement existe pour eux à proximité. Mais il était peu fréquenté par manque de présence de professionnels notamment, ce qui dissuadait les parents.

« Des conduites à risques persistent »

Après une étude, en 2011-2012, la résidence André-Baslé de 51 logements est réhabilitée. La gestion est confiée à l’association Iliade habitat jeunes. Elle gère les hébergements des jeunes apprentis, l’animation et la restauration. Cinq professionnels permanents sont présents. « Nous venons même de recruter une nouvelle personne pour assurer les transports des jeunes et régler les problèmes de mobilité », indique Caroline Boivin, directrice d’Iliade, l’association que préside Vincent Saulnier.

« Malgré tout, des conduites à risques persistent.» Des signalements au procureur de la République ont même déjà été déposés. « Combien faudra-t-il de faits graves encore, de jeunes laissés en autonomie, pour que cessent ces dérives ? ».

Article complet à retrouver dans notre édition du Haut Anjou du vendredi 12 avril 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire