Chemazé : William Menuet, un entraîneur discret en pleine réussite

06h00 - 15 avril 2019 - par C.T
Chemazé : William Menuet, un entraîneur discret en pleine réussite
William Menuet et Posilox, l’un des cracks de ce centre d’entraînement privé, qui engrange les succès. - © Haut Anjou

Et encore une importante victoire de William Menuet, cette fois via Océan Austral qui remporte le Grand cross de Fontainebleau. Les protégés de l’entraîneur camazéen font la fierté de cette écurie qui cultive autant la discrétion que la réussite.

William Menuet a laissé sa carrière de jockey au bout de 120 victoires pour devenir entraîneur. En 17 ans, il en est à plus de 200 succès. « Sa petite écurie », comme il dit, engrange les bons résultats avec ses fers de lance Posilox, ou encore Océan Austral qui a remporté le grand cross de Fontainebleau dimanche 31 mars, 3e étape de la Crystal Cup.

Il était monté par le Craonnais Clément Lefebvre. Les propriétaires sont Michel Darchy, Maël Thépot et William Menuet.

Avant eux, Lady d’Ogenne ou encore OK Darling avaient mis en lumière le travail de William Menuet et ses quatre salariés. Ils ont déjà raflé le Grand steeple de Craon, deux fois l’Anjou Loire challenge du Lion-d’Angers, le Grand Cross de Fontainebleau, etc. Tout ça «avec des chevaux aux origines modestes», souligne l’entraîneur de 45 ans natif de La Fontenelle, en Ille-et-Vilaine.

« Je ne sais pas me vendre »

Sa recette : « Nous avons de bons chevaux », explique-t-il humblement.

Certes, mais derrière il y a un gros travail « d’écoute du cheval », pour cet homme qui se dit réservé. « Je ne suis pas un commercial, je ne sais pas me vendre. Je travaille avec de petits propriétaires, qui me sont fidèles. Je ne souhaite pas me prostituer pour avoir les grosses casaques. Si elles veulent venir, je les recevrai bien sûr, mais il est vrai que je ne vais pas vers elles, je ne sais pas faire.»

Il a toujours cultivé une relation amicale avec « mes propriétaires. Quand j’entends d’autres parler de clients, ça me fait mal aux oreilles.»

Ils lui font confiance et les résultats leur donnent raison.

Article complet à retrouver dans notre édition du Haut Anjou du vendredi 12 avril 2019

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire