Château-Gontier : la Course aux clochers est de retour à La Maroutière le 4 mai

06h00 - 18 avril 2019 - par M.A
Château-Gontier : la Course aux clochers est de retour à La Maroutière le 4 mai
Des courses, sans paris, et des animations, voilà résumé le principe de la Course aux clochers. - © France Sire

Avec les mêmes objectifs, un programme développé et des animations multipliées, la deuxième édition de la Course aux clochers dans l’ouest - la troisième en France - se déroulera sur l’hippodrome de La Maroutière le samedi 4 mai.

Si la troisième édition de la Course aux clochers aurait dû retrouver le terrain d’Emmanuel Clayeux dans l’Allier cette année, c’est finalement l’hippodrome de La Maroutière pour la deuxième année consécutive. « Cet hiver, l’organisateur de la première édition nous a indiqué que pour des problèmes d’organisation, il ne pourrait assurer le rendez-vous », confie Nicolas Madamet, président de l’association French point to point.

L’occasion parfaite de satisfaire les demandes et attentes des spectateurs de l’an dernier qui ont visiblement apprécié cette manifestation.

Des nouveautés au programme

Avec 5 000 visiteurs, cette première édition dans l’ouest a été « une vraie réussite. Nous avons été bien aidés avec une météo idéale ». Et l’objectif de montrer le côté festif et convivial des courses a été plus qu’atteint. De quoi donner des envies supplémentaires pour le programme de l’édition 2019 qui se tiendra le samedi 4 mai sur l’hippodrome de La Maroutière.

« Nous avons ajouté deux courses au programme pour répondre à notre envie d’organiser des courses de trot. Il s’agira de chevaux attelés à des sulkys deux places, un professionnel et un membre du public tiré au sort », annonce le président. De quoi réjouir les spectateurs qui auront également l’opportunité de profiter de nouveau d’une course d’amazones, non plus sur du plat, mais lors d’une course d’obstacles. « Là, nous avons répondu aux demandes des cavalières. Ce sera une course unique au monde et pour laquelle nous accueillerons six cavalières de six pays différents. »

Article complet dans notre édition du Haut Anjou du vendredi 12 avril 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire