Des panneaux photovoltaïques sur des tonnes de déchets à Livré-la-Touche

06h00 - 27 mars 2019 - par C.T
Des panneaux photovoltaïques sur des tonnes de déchets à Livré-la-Touche
Il est prévu l’installation de 12?750 panneaux au sol (hauteur maximum 2,7?m) et trois postes techniques avec onduleurs et transformateurs et un de li - © Haut Anjou

Le projet de quatre millions d’euros de la société IEL pour installer des panneaux photovoltaïques au sol sur l’ancien site d’enfouissement de déchets de Livré-la-Touche à La Vieuville, entre en enquête publique. S'il est accepté, ce parc pourrait être mis en service mi-2021.

Le site d’enfouissement de Livré-la-Touche, propriété du Pays de Craon, a fonctionné de 1980 à mars 2013. Depuis, il n’est plus utilisé. Une couche d’un mètre protège les déchets qui y sont entassés.

Depuis neuf ans, la société IEL, basée à Paris, cherche à installer un parc de panneaux photovoltaïques. Mais la commission de régulation a toujours retoqué le projet, préférant ceux du sud.

La concurrence était inégale avec les projets du sud car le critère de la régionalisation n’était pas pris en compte. Avec moins d’ensoleillement, les sites du nord partaient avec un handicap.

«Mais l’aboutissement des projets du sud et la raréfaction des terrains disponibles font que les projets remontent vers le nord», expliquent Florent Epiard, responsable projets chez IEL, et Jean Coadalan, chargé de projet.

La consommation électrique de 1800 personnes

La prochaine commission de régulation de l’énergie ayant lieu en juin, la société espère obtenir un permis de construire avant.

Ils ont bon espoir car « les technologies des panneaux ont évolué et on a retravaillé l’optimisation de la superficie qui est passée de 6 à 8,6 hectares. »

Ainsi, la production passerait à 6,3 millions de kWh soit l’équivalent d’une consommation électrique de 1800 personnes, chauffage compris.

«Aussi, le prix de revente est passé de 12/14 centimes il y a dix ans à 6 centimes. Plus il est bas, plus le dossier a de chance. » Ce prix est garanti sur dix ans, pour des panneaux ayant une durée de vie « de 40 à 50 ans.»

Article complet à retrouver dans notre édition du vendredi 22 mars 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire