Avec leurs sept enfants, ils vivent le Carême et imaginent leurs actions

14h00 - 21 mars 2019 - par C.T
Avec leurs sept enfants, ils vivent le Carême et imaginent leurs actions
Le couple et ses sept enfants inventent des jeux afin que le Carême renforce leurs liens tout en aidant les autres (absent sur la photo Sacha). - © Haut Anjou

Comme de nombreuses familles, Anne-Caroline Boisseau, son mari Vincent et leurs sept enfants participent au Carême. Il invite à se pencher sur sa foi, à renforcer les liens familiaux et à aider les autres. En famille, ils multiplient les initiatives en ce sens.

Le Carême a débuté le 6 mars et se finit le 18 avril. Ce temps de préparation à Pâques, est traditionnellement associé au jeûne. La famille Boisseau, de Courbeveille, va depuis de nombreuses années plus loin. «Chaque année, nous nous mettons d’accord sur la manière dont nous allons le pratiquer», expliquent Anne-Caroline et Vincent, tous deux enseignants, et leurs enfants : Salomé (15 ans), éliott (14 ans), Timéo (12 ans), Estéban (11 ans), Sacha (8 ans), Abigail (4 ans) et Basile (2 ans).

Haricots, Légo®, anges-gardiens...

«Le vendredi, un des deux repas est un bol de riz, de pâtes ou de semoule pour économiser de l’argent et l’envoyer à une association. Mais se priver pour se priver n’a pas d’intérêt, il faut qu’il y ait un message.»

La famille va donc plus loin «en concertation avec les enfants.» Il y a quelques années, «nous avons décidé de mettre un haricot dans un bocal à chaque fois que nous faisions une bonne action, chaque haricot correspondant à 0,50 €.»

Là encore, l’argent est envoyé vers une association. L’an dernier, chaque bonne action conduisait à ajouter un Légo® pour réaliser une Croix. «Une autre année, on a joué aux anges-gardiens. Chaque matin, on tirait un nom inscrit sur un bout de papier dans un bocal, et chacun devait veiller sur cette personne. Cela passait, en fonction des âges, par lui faire un cadeau, l’aider, etc.»

Article complet à retrouver dans notre édition de vendredi 19 mars 2019

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire