Un projet de centrale photovoltaïque au sol sur d’anciens sites miniers dans le Renazéen

06h00 - 20 mars 2019 - par C.T
Un projet de centrale photovoltaïque au sol sur d’anciens sites miniers dans le Renazéen
La production représenterait «l’équivalent de 5 800 foyers (13 920 habitants), soit 4,5% de la consommation de la Mayenne», explique Photosol (phot

Les communes de Congrier, Saint-Saturnin-du-Limet et Renazé veulent tirer parti d’anciens sites miniers inexploités sur un total de quatorze hectares. Un porteur de projet étudie la possibilité d’installer une centrale photovoltaïque au sol

«Nous nous sommes engagés dans une politique environnementale poussée», explique le maire de Congrier Hervé Tison qui, ces dernières années et surtout ces derniers mois, a multiplié les réalisations en ce sens (lire en page locale). Dans ce cadre, il a impulsé un projet de territoire qui pourrait être juteux financièrement.

Tout est parti d’une réflexion autour du bâtiment de 6 000 m2 couverts et des terrains laissés vacants depuis le départ de l’entreprise Inoxydable de l’ouest de Congrier vers Segré, en 2010.

Un contact s’est noué avec la société Photosol. «Son représentant est venu et a étudié le dossier. Il a aussi regardé autour les terrains disponibles. Il s’est penché sur des terrils à Saint-Saturnin-du-Limet et à Renazé. C’est ainsi que l’idée d’implanter une centrale photovoltaïque au sol a germé.»

Démolitions des anciens bâtiments d'Inoxydable

Alexis de Deken, chef de projets développement de Photosol, basé à Paris, confirme le projet. «Il est assez complexe car sur trois communes, donc cela multiplie tout. Un petit site de panneaux au sol est envisagé sur la commune de Congrier (4 ha) à cheval avec Saint-Saturnin-du-Limet (3 ha) qui nécessitera la démolition des anciens bâtiments d’Inoxydable de l’ouest à Congrier qu’on prendra à notre charge ; et un autre 500 m plus loin à l’est à Renazé (7 ha)».

L’objectif est une mise en service «dans deux à trois ans», indique Alexis de Deken.

Article complet à retrouver dans notre édition du vendredi 15 mars 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire