La Maison Louis-Marie Vincent importe son savoir-faire à Bierné

06h00 - 18 mars 2019 - par M.A
La Maison Louis-Marie Vincent importe son savoir-faire à Bierné
Louis-Marie et Claire Vincent accordent beaucoup d’importance aux matériaux et techniques. - © Audrey Mauny

C’est dans le sud-Mayenne que Louis-Marie et Claire Vincent ont décidé, il y a quelques mois, d’installer leur entreprise. En plus d’être spécialisée dans la restauration de mobilier, la Maison Louis-Marie Vincent dispose de sa propre collection. Le couple se décrit comme décorateur et ensemblier.

Remettre au goût du jour les techniques anciennes et notamment celles du XVIIIe siècle. C’est en quelque sorte le credo de Louis-Marie et Claire Vincent qui ont fondé, il y a cinq ans la Maison Louis-Marie Vincent.

Une entreprise pour laquelle ils mobilisent chacun leur savoir-faire et leurs expériences. Louis-Marie s’est en effet formé à la restauration de mobilier dans une école fondée par le chef d’atelier du château de Versailles. « Il exerce également toujours son activité de courtage », confie Claire, son épouse décoratrice d’intérieur.

Des clients internationaux

De Paris, ils ont ensuite posé leurs bagages à Bordeaux puis à Malicorne dans la Sarthe avant de s’installer à Bierné, il y a quelques mois.  « C’est un bon compromis. Nous avons plus de place et nous avons des attaches familiales sur le territoire », indique le couple d’entrepreneurs.

S’ils ont débuté avec l’activité de restauration, depuis quelques années, la création et le design montent en puissance. « En plus de réaliser du mobilier sur-mesure, nous avons lancé notre propre collection. C’est indispensable pour montrer ce que l’on sait faire. » Console, table de chevet, table basse, cabinet à spiritueux, panneaux décoratifs...

Leurs clients, des particuliers mais aussi des professionnels designers, architectes d’intérieur, sont situés dans le monde entier. « Nous travaillons aussi pour des marques de luxe françaises. »
Leur style ? Des formes épurées, élégantes, un design classique, intemporel, avec des touches de modernité.

Article complet dans notre édition du Haut Anjou du vendredi 15 mars 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire