A cinq, en famille, ils défient le Trail du Pays bleu de ce dimanche 17 février

06h00 - 17 février 2019 - par C.T
A cinq, en famille, ils défient le Trail du Pays bleu de ce dimanche 17 février
Frédéric, Laurence, Alexis et Hugo (absent Edgard) viennent de loin pour participer au TPB. - © Haut Anjou

La famille Chamaillard se déplacera à cinq pour participer au Trail du Pays bleu (TPB), une épreuve très prisée où 1200 athlètes sont attendus. D’ailleurs aucun des cinq membres n’habite dans le secteur.

Il est beaucoup question d’attractivité en Mayenne. Le Trail du pays bleu, organisé par l’Upac Renazé, est certainement l’un des événements locaux qui, comme d’autres, y contribue.

Ce n’est pas la famille Chamaillard qui dira le contraire. Frédéric, bientôt 57 ans, est salarié chez AirFrance et sa femme Laurence, 57 ans, est dans le marketing chez Monoprix. Tous deux sont originaires de Reims et Orléans, mais habitent Paris « malheureusement », comme dit Frédéric. Leur fils, Alexis 30 ans, habite également Paris.

Leurs deux neveux de quelques années plus jeunes qu’Alexis, seront aussi de la fête à Renazé ce dimanche 17 février. Hugo habite Orléans et Edgar à Cholet. Tous ont décidé de défier le trail du galipot : le 24 km, la nouveauté de l’année. Retour en images sur notre page Facebook.

De bons souvenirs, un trail bien situé

Comment des personnes qui n’ont aucun lien avec le secteur en arrivent à venir à cinq dans le territoire ? «J’avais participé à cette course il y a 3-4 ans par hasard. J’en avais gardé un bon souvenir avec le passage dans la mine, la montée du champ etc.», explique Frédéric, le père ancien président de club d’athlétisme qui fut aussi éducateur de rugby.

Il court régulièrement des trails, voire des ultra-trails avec sa femme. Frédéric a même déjà réussi le Tor des géants (330 km, 24 000 m de dénivelé à réaliser en moins de 150 h).

Les Chamaillard ont décidé de participer en famille à une course avec leur fils (leur fille de Saint-étienne n’a pas pu) et deux neveux.

«Nous ne savions pas quelle épreuve choisir, mais je me souvenais de Renazé qui m’avait plu. Surtout, l’épreuve est bien située pour nous, car de Paris nous ne sommes pas loin, ni de Cholet, et pour Orléans ça le faisait aussi. Donc nous avons choisi celle-ci, d’autant plus que la copine de mon fils habite à Mayenne, c’était plus facile pour s’organiser.»

Lire la suite dans notre édition du Haut Anjou du vendredi 15 février 2019.

Mots clés : Renazé, trail, sport,

0 commentaires

Envoyer un commentaire