Etoilé ou non du Guide Michelin, le chef Michel Cudraz garde le cap à Loiré

13h00 - 04 février 2019 - par D.A
Etoilé ou non du Guide Michelin, le chef Michel Cudraz garde le cap à Loiré
Michel Cudraz n’est plus un chef étoilé mais demeure, avec son épouse à ses côtés depuis toujours, un chef motivé. - © Haut Anjou

L’image de La Diligence, ne va pas disparaître du jour au lendemain, avec la perte d’une étoile obtenue en 2008. Michel Cudraz et son épouse, associée depuis toujours à cette aventure, veulent relativiser.

Voilà déjà quelques jours que Michel Cudraz, le chef du restaurant La Diligence de Loiré, a appris que le Guide Michelin lui retirait son étoile obtenue en 2008.

Alors qu’il a appris la « mauvaise nouvelle » par téléphone au moment du service, le chef avoue avoir été surpris. L’effet de surprise dépassé, il se rassure : « Depuis l’annonce dans la presse, on a reçu beaucoup de mails ou d’appels téléphoniques de clients, eux aussi étonnés, qui nous soutiennent et nous encouragent. »

L’équipe accuse elle aussi forcément le coup. « J’ai deux personnes en cuisine avec moi, et trois personnes au service.  Elles sont aussi surprises, et déçues. On aurait changé quelque chose, pourquoi pas mais on n’est resté sur la même dynamique. »

Un menu unique, c’est non

Le chef entend garder le cap. Une direction prise il y a 23 ans maintenant à Loiré, « au centre d’un triangle Rennes-Angers-Nantes », justifie-t-il. Pour tenter de comprendre les choses, Michel Cudraz est entré en contact avec le Guide Michelin. « L’inspecteur est venu en octobre 2018. » Il a déjeuné, a payé l’addition, et est revenu quelques instants après. Il a demandé à visiter la cuisine, « ça c’est très bien passé. On a discuté une bonne demi-heure. Pas de soucis de qualité », m’a-t-il dit. Tout juste une remarque sur la quantité. « Celle du nombre de menus sur la carte. » Michel Cudraz lorgne dans cette direction pour expliquer ce retrait d’étoile : « On a toujours eu ce type de carte, avec du choix. »

La suite de l'article à retrouver dans le Haut Anjou du vendredi 1er février 2019, édition papier ou numérique.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire