Sud-Mayenne : accueillir des demandeurs d’emploi pour susciter des vocations

06h00 - 06 février 2019 - par R.G
Sud-Mayenne : accueillir des demandeurs d’emploi pour susciter des vocations
L’entreprise V?and?B, représentée par Christophe Thual, parraine cette charte des entreprises accueillantes - © Haut Anjou

Des entreprises qui recrutent et des demandeurs d’emploi qui recherchent désespérément. Problème, les deux n’arrivent pas toujours à se trouver... Pour faciliter cette adéquation, une quarantaine d’entreprises du sud-Mayenne sont prêtes à s’engager dans un dispositif nouveau.

La Mayenne peut se targuer d’afficher un taux de chômage faible (5,8 %) par rapport à la moyenne nationale. Pourtant le département doit faire face à une difficulté. « Bien que la conjoncture économique soit porteuse, les entreprises sont toujours à la recherche de personnels. Problème, elles ne trouvent pas forcément les candidats en face de ces offres », explique le directeur de la Mission locale, Régis André.

Une immersion dans les entreprises

Afin de mettre en relation employeurs et demandeurs d’emploi, Pôle emploi, Mission locale et Cap emploi s’unissent pour répondre à ce défi.

Ainsi, une quinzaine d’entreprises du sud-Mayenne (Sodistra, Fonlupt, Lactalis, Transports Gillois, Levrard assainissement...) se sont retrouvées vendredi 25 janvier pour une réunion de travail en vue d’adhérer à la charte des entreprises accueillantes de la Mayenne, parrainée par V and B. « Nous devons être au plus près de vos demandes . Faisons preuve d’audace sociale », insiste le sous-préfet, Frédéric Millon.

Pour susciter des vocations auprès de candidats qui ne sont pas toujours formés à ces métiers (industriel, artisanat...), le dispositif prône notamment l’ouverture des portes des entreprises pour une période d’immersion d’une à deux semaines. « Il nous faut mettre en valeur nos métiers, nos entreprises afin de maintenir la dynamique dans le sud-Mayenne », souligne le directeur des ressources humaines de V and B, Christophe Thual en appelant également à « mettre fin aux préjugés sur certains métiers ».

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 1er février 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire