Segré-en-Anjou-bleu : des pistes commerciales pour l'Ebeaupinière

13h00 - 07 janvier 2019 - par G.Y
Segré-en-Anjou-bleu : des pistes commerciales pour l'Ebeaupinière
Plusieurs porteurs de projet semblent intéressés par l’aménagement du parc de l’Ebeaupinière à Sainte-Gemmes-d’Andigné. - © Haut Anjou

Mardi 18 décembre, l’aménagement de la zone d’activités économiques de l’Ebeaupinière était à l’ordre du jour du conseil d’Anjou Bleu Communauté. La poursuite de son aménagement a été approuvée et des contacts avec trois porteurs de projet ont été annoncés.

Gabriel Oreillard a présenté un compte-rendu d’activité à la collectivité (Crac) réalisé par la Sem Alter Cités. Cette dernière qui est chargée de réaliser les études et l’opération d’aménagement de la zone de l’Ebeaupinière a rendu son bilan financier prévisionnel. Il fait apparaître, d’une part, l’état des réalisations en recettes et en dépenses et, d’autre part, l’estimation des recettes et dépenses restant à réaliser. Au 30 juin 2018, la situation de trésorerie de l’opération est de – 1 598 242 euros et le prix de cession des terrains restant à vendre s’élève à 35 euros hors taxes par m². Les élus devaient se prononcer sur ces différents points et les approuver.

« C’est un naufrage »

Le premier à réagir a été Emmanuel Drouin. « Force est de constater que douze ans après, nous avions raison. C’est un échec, c’est un naufrage.  Après trois ans d’activité, Intermarché a coulé (…) Maintenant on a une friche et à ce jour très peu de contacts pour s’installer sur la zone. Plus aucune banque banque ne veut prêter à Alter pour prolonger le projet. » L’élu de la minorité n’envisage aucune solution positive. « Il est temps d’arrêter les frais, remettre un ou deux millions d’euros ne permettra pas à la zone de l’Ebeaupinière de se développer. Il faut solder rapidement cette opération quitte à perdre de l’argent maintenant pour ne pas mettre en péril les finances d’ABC dans les années à venir. »

Trois porteurs de projet

Le président d’Anjou bleu communauté a réclamé un peu de patience. « Contrairement à ce que vous pouvez dire à l’heure actuelle il y a des contacts sur cette zone de l’Ebeaupinière et autour d’Intermarché. Il faut encore patienter quelques semaines ou quelques mois. Il va peut-être se passer des choses. Je ne suis pas autorisé à en dire plus. Nous avons eu des rendez-vous encore la semaine dernière sur ce dossier et sur les terrains que vous avez indiqués. Après, iront-ils jusqu’au bout ? Je ne sais pas mais dire qu’il ne se passe rien est complètement erroné. » Gilles Grimaud apporte d’autres précisions : « A l’heure actuelle il y a au moins trois porteurs de projets qui se sont manifesté et qui se sont intéressé à ce site. »

Article complet à retrouver dans l'édition du 4 janvier 2019.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
1 commentaires
  1. Gringo

    Tout le monde, et je pèse mes mots, je dis bien tout le monde savait que l'ouverture d'un Intermaché à Segré était une grossière erreur. Sauf la mairie... Il y a déjà 2 Supermarchés (Leclerc/Super U), 2 enseignes plus petites (Lidl et Aldi) et un Spar en centre ville et une épicerie Bio. Pour une ville de 7000 habitants c'est largement suffisant, il ne faut pas sortir d'une école d'ingénieur pour savoir que ce projet était à la base inutile et voué à l'échec. Déjà la situation géographique était du grand n'importe quoi, excentré, loin des habitations contrairement à Leclerc et Super U. Et des prix plus chers. Sincèrement BRAVO pour votre non efficacité mr le maire. Ce n'est pas ce qu'il faut pour Segré, il faut faire venir des entreprises et encore des entreprises. On a une situation géographique extraordinaire, nous sommes sur un carrefour avec de grosses villes autour de nous: Nantes, Rennes, Angers avec des axes routiers importants (Angers/Rennes) et pas une seule entreprise de logistique par exemple mais pas que. Il faut faire venir des entreprises dans cette zone et arrêter avec les magasins en périphérie. Angers est trop prêt maintenant et surtout plus de choix et moins cher. En 40 ans, on peut dire que ce n'est pas super innovant sur le marché de l'emploi.

    Signaler le commentaire

Envoyer un commentaire