Le prieuré de La Jaillette, un trésor local qui se dévoile peu à peu

13h30 - 26 décembre 2018 - par D.A
Le prieuré de La Jaillette, un trésor local qui se dévoile peu à peu
Christophe le Bret, le propriétaire, ne peut s’empêcher de sourire quand il présente les morceaux de cloître qu’ils ont réussi à récupérer et qui faci - © Haut Anjou

Il y aurait tellement de belles choses à raconter sur le prieuré de La Jaillette, à Louvaines. Depuis 2000, Christophe et Catherine le Bret le rénovent. Ils sont sur le point de terminer une partie du cloître et ont prévu d’organiser un événement en 2019.

Oui, voilà bientôt 825 ans que le prieuré de la Jaillette a été fondé ! Niché à l’entrée du hameau de La Jaillette, à Louvaines, il se cache à première vue derrière son église. « En 1194  Geoffroy “ Lostorius” ou Lostoir, un chevalier de retour de la troisième croisade, fait don aux moines augustins de l’abbaye du Mélinais (aujourd’hui dans la Sarthe) d’une chapelle et de terres qui l’entourent », explique simplement Christophe le Bret, propriétaire avec son épouse depuis 2000. 825 ans plus tard, tout ce que les moines ont construit est encore là, ou presque.

Des surprises

Christophe et sa femme Catherine ont eu un « vrai coup de cœur » pour ce prieuré lorsqu’ils cherchaient une propriété dans un rayon de 300 km autour de Paris. Mais pas n’importe quelle propriété : un lieu atypique et avant tout chargé d’histoire. Et on peut dire que les le Bret ont bien été servis...

« Ca s’est construit probablement durant tout le 13e siècle et les experts disent qu’à cette époque il y avait à peu près 300 prieurés en Anjou, explique le propriétaire, avant d’entrer dans le cloître. Et parmi les 300, nous sommes le seul à avoir tous les éléments d’une abbaye, c’est pour cela qu’on l’appelle l’abbaye, dans le village. »

Un événement en 2019

Les propriétaires du prieuré de La Jaillette souhaitent que « les Segréens s’approprient vraiment ce lieu, qu’ils prennent conscience de sa richesse ». Samedi 6 juillet 2019, ils ont donc décidé d’organiser une journée d’animations destinée aux familles qui marquera le 825e anniversaire de sa fondation !

La suite de l'article à lire dans le Haut Anjou du 21 décembre 2018, édition papier ou numérique.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire