Diana Naturals, le maraîcher en poudre

00h00 - 02 février 2006
Diana Naturals, le maraîcher en poudre

Diana Naturals est spécialisé dans la transformation de fruits et légumes, à destination de l’industrie agro-alimentaire. Les activités de l’entreprise sont saisonnières. Le nombre de salariés augmente en pleine période. Principale productrice de jus de betterave, Diana Naturals travaille surtout à l’export. De la betterave rouge dans les chocos BN. Le légume semble peu à sa place dans le célébre encas au large sourire. «Pour les BN à la fraise, la poudre de betterave donne la couleur rouge, impossible à obtenir autrement», explique Dominique Bodin, directeur de Diana Naturals à Cossé-le-Vivien. L’entreprise est spécialisée dans la production de concentré liquide ou de poudre de fruits et légumes. Ces matières premières entrent dans la composition de produits agro-alimentaires de grandes marques. Il s’agit d’extraire le jus des fruits et d’en évaporer l’eau pour obtenir un concentré. Pour une poudre, le système est le même, mais en y ajoutant une étape : l’atomisation. Le concentré est séché et réduit en poudre. «Nous sommes des transformateurs. Nous travaillons pour des produits laitiers, des sirops, des fruits sur sucre et autres», précise le directeur depuis 15 ans. La vocation première du site n’était pas l’agro-alimentaire. Diana Naturals est une ancienne distillerie. «Le site existe depuis 1930, à l’époque la pomme était la principale matière première», rappelle Dominique Bodin. La famille Verniers est propriétaire des lieux. Les lois sur la production d’alcool vont évoluer. Dans les années 60, l’Etat aide les distilleries à changer de branche d’activité. Claude Verniers va alors se reconvertir dans le jus de pommes. En 1976, l’entreprise commence à travailler la betterave rouge pour son concentré. Les poudres vont alors suivre. En 1995, Claude Verniers vend son entreprise au groupe Diana Ingrédient, basé à Vannes. En 2000, elle prendra le nom de Diana Végétal, pour être aujourd’hui Diana Naturals (voir encadré). 80% de la production pour l’exportL’entreprise transforme 70 à 80 000 tonnes de fruits et légumes par an. Ses activités sont saisonnières. Le nombre de salariés évolue suivant les périodes. «Nous comptons 65 permanents. Dans les périodes de récoltes, nous avons jusqu’à 80 salariés», recense le directeur. Diana Naturals doit organiser son calendrier suivant les récoltes, une difficulté supplémentaire de gestion. «En juillet, nous commençons par le cassis, puis la betterave en août et septembre. Les pommes et la carotte pourpre sont utilisées jusqu’à la mi-novembre, après novembre, place à la carotte boisson. Il ne faut pas oublier de plus petites productions, comme les mangues, les citrons, les ananas qui arrivent congelés», énumère Dominique Bodin. La betterave reste le produit phare de Cossé-le-Vivien. «Nous sommes les premiers producteurs mondiaux de jus de betterave. Il est utilisé en majorité comme colorant, mais aussi dans les soupes de betterave en Pologne. Aujourd’hui, le groupe Diana Ingrédient n’en fait plus sa priorité», annonce le directeur. En effet, les transformations de la pomme et de la betterave sont réalisées dans d’autres pays, comme la Chine. Diana Naturals doit se tourner vers de nouvelles productions, plus techniques. «Nous devons nous orienter vers le marché des boissons, la nutraceutique, ce que j’appelle la cosmétique de l’intérieur», ajoute-t-il. 80% des productions de Diana Naturals sont destinées à l’export. L’entreprise doit forcément se développer vers l’international. «Le marché de l’agro-alimentaire en Europe est saturé», reconnaît-il. Le groupe Diana Ingrédient y travaille déjà. Bref, dans tous ses fruits et légumes, Dominique Bodin a toutes les raisons de garder la banane.

0 commentaires

Envoyer un commentaire