« Nous avons toutes les plus belles entreprises » dans le Pays de Craon et pourtant...

10h00 - 19 décembre 2018 - par C.T
« Nous avons toutes les plus belles entreprises » dans le Pays de Craon et pourtant...
Le tissu économique est dense et les savoir-faire reconnus au plan national.

Seize professionnels sur 51 entreprises importantes du secteur, qui majoritairement peinent à recruter, ont participé à une réflexion sur l’attractivité du territoire.

Les élus du Pays de Craon se sont penchés sur l’attractivité du territoire avec le soutien des industriels qui connaissent des problèmes de recrutement et se demandent «comment attirer des compétences en milieu rural», expliquent Tiphaine Ayed-Lemoine et Philippe Rousseau, techniciens en charge de l’économie, les résultats des rencontres.

« L’effet d’aspiration de Château-Gontier »

Si le cadre local agréable, la vie moins chère, la proximité avec la mer, la présence d’un pôle santé ou encore quelques métropoles plus ou moins proches sont soulignés comme atouts ; il n’en demeure pas moins que des faiblesses ont été pointées du doigt : le taux de chômage bas bloque au niveau du recrutement, les infrastructures routières (il manque des 2x2 voies), « le manque d’hébergements de qualité», «le prix des logements commerciaux à Craon trop élevés selon les professionnels », « l’effet d’aspiration de Château-Gontier »...

Ces derniers regrettent également « l’image de leurs métiers dévalorisée par l’éducation nationale, tout comme l’apprentissage » alors que de belles carrières sont à réaliser, « les indemnisations chômage qui ne poussent pas non plus à travailler», «le manque d’animations le week-end localement »...

«Nous ne sommes pas à 1 h de Paris !»

Alors, que faire pour attirer et recruter ? Car comme le dit Patrick Gaultier, président de la communauté de communes « aujourd’hui, c’est un package qu’il faut proposer quand on veut attirer quelqu’un. C’est toute la famille qu’il faut séduire. »

Les professionnels reconnaissent sur ce point justement la qualité des infrastructures sportives et culturelles, « mais elles sont méconnues. »

Hervé Tison, maire de Congrier, a regretté, lui, que le Conseil départemental, qui planche sur le sujet de l’attractivité également, ait une communication biaisée. « Il faut qu’ils arrêtent de dire que nous sommes à 1 h de Paris. De Laval peut-être, mais il faut autant de temps en voiture pour aller de Laval dans le Renazéen ! Ici on est à 2 h de Paris ! ».

Pour lui, il faut s’appuyer sur la réalité. «Notre secteur possède toutes les plus belles entreprises de tout le sud-Mayenne : Dirickx (à Congrier et Renazé), Qualipac aluminium (à Saint-Saturnin-du-Limet), Selha (à Renazé), Fonlupt (à Ballots), REM (à Craon), etc. Il faudrait se servir d’eux pour créer une marque Pays de Craon.»

Concernant les infrastructures routières, les élus sont quelque peu résignés. «Nous avons loupé la 2x2 voies il y a 30 ans, c’est clair. On n’aura jamais de deuxième chance, faut pas rêver », a expliqué Daniel Gendry, vice-président, qui estime cependant que « nous avons des routes pas si mal que cela non plus.»

Lire davantage dans notre édition du Haut Anjou du vendredi 14 décembre

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire