La discrimination au cœur de la deuxième édition du Festival des 37 du Pays de Craon

06h00 - 06 décembre 2018 - par C.T
La discrimination au cœur de la deuxième édition du Festival des 37 du Pays de Craon
Ici aux Ateliers d’échanges, la commission d’organisation de ce Festival des 37 qui a attiré 1200 spectateurs lors de la première édition.

La deuxième édition du Festival des 37 ouvre le samedi 8 décembre. Ce festival de courts-métrages atypique réalisé par des amateurs aidés de professionnels a fait des émules puisqu’il a été copié depuis.

«Il s’agit d’un festival solidaire, populaire créé par et pour les habitants», résume une participante lors d’une commission de travail. Le festival de courts-métrages des 37 débute vendredi 7 décembre et se termine le 16 décembre.

Quatorze courts-métrages sur le thème de la discrimination traitée de manière humoristique ont été réalisés par diverses associations, organismes, collèges, maisons familiales, etc.

Des amateurs professionnels

Il s’agit de la deuxième édition. La première était née sur une idée lancée «le 16 mai 2013 époque à laquelle débutait le festival de Cannes. Nous cherchions aux Ateliers d’échanges une idée qui fédérerait les habitants du territoire et nous nous sommes dit pourquoi ne pas créer notre festival.» Les organisateurs axent sur les courts-métrages écrits, réalisés et joués par des habitants eux-mêmes. «Il s’agit surtout de créer du lien entre générations de s’ouvrir aux autres, de partager.»

Des professionnels accompagnent cependant les amateurs «mais ils ne font pas à la place, ils font avec. Surtout ils font des efforts au niveau budget car sinon nous ne pourrions pas.»

Différentes commissions organisent le festival (communication, décoration, maquillage, coordination...). Une bande-annonce est même créée.
Aussi, en amont, un concours de nouvelles a permis à de jeunes auteurs de gagner le droit de voir leur scénario réalisé. Ce sont des jeunes du collège de Renazé Alfred-Jarry qui auront cet honneur.

Des courts-métrages et événements

Diverses animations sont également organisées. Outre l’ouverture toujours très prisée avec une arrivée des artistes à bord de voitures anciennes grâce au soutien des Vieilles soupapes, il y a aussi des expositions photos, des petits-déjeuners, des ateliers, des rencontres, des dégustations... «Nous essayons de faire sortir les gens de chez eux et d’œuvrer pour le vivre-ensemble.»

Au total, environ 150 personnes sont mobilisées autour de ce projet.

Une initiative craonnaise copiée

Il y a deux ans, la première édition avait attiré 1 200 spectateurs.
Surtout l’idée a été reprise. «Des gens d’Angers avaient participé à notre premier festival et avaient créé un festival du même genre dans un quartier. Il a lui aussi très bien fonctionné. D’autres quartiers en France ont alors suivi cet exemple. »
L’initiative craonnaise est soutenue par diverses institutions, entreprises et un financement participatif a été ouvert sur la plateforme (Ulule) « histoire que les gens se l’approprient».

Le budget reste conséquent malgré les efforts des uns et des autres, mais en face «cela crée une animation de qualité qui fait se rassembler les gens, avec des retombées pas qu’économiques, mais aussi sociales.»

Cette année, un professionnel prendra à sa charge le coût d’un film qui sera réalisé sur l’intérieur de ce festival.

Où voir les 14 films des acteurs locaux ? Lundi 10 décembre, de 15 h 30 à 18 h, projection des 14 courts-métrages (durée 1 h) à la salle des fêtes de Quelaines ; le mardi 11 décembre, à 15 h 30, à la salle des fêtes de Ballots ; le jeudi 13 décembre, à 15 h 30, à Saint-Aignan-sur-Roë, à la salle du Frêne ; le vendredi 14 décembre, à 15 h 30, à Saint-Quentin-les-Anges ; à Renazé au Vox, à 19 h 45, le samedi 15 décembre ; le dimanche 16 décembre à Craon salle du Mûrier à 16 h 30 + remise des prix et soirée musicale.

Retrouvez tout le programme dans notre édition de vendredi 30 nevembre

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL