Maine-et-Loire : l'association des Vieilles Maisons Françaises souffle ses 60 bougies

13h00 - 18 novembre 2018 - par G.Y
Maine-et-Loire : l'association des Vieilles Maisons Françaises souffle ses 60 bougies
Inès et Michel Villedey devant le Manoir de la Harderie à Thorigné-d’Anjou.

A la tête de la délégation départementale du Maine-et-Loire, Michel Villedey, propriétaire du Manoir de La Harderie à Thorigné-d’Anjou, s’apprête à accueillir le président national Philippe Toussaint, à l’occasion du 60e anniversaire de l’association des Vieilles Maisons Françaises (VMF).

« Les Vieilles Maisons Françaises servent à faire connaître le patrimoine et amener les gens à l’entretenir, les aider à l’entretenir, les faire rencontrer, les faire visiter et défendre le patrimoine également contre ceux qui lui portent atteinte. » Le délégué du Maine-et-Loire Michel Villedey profite de cet événement pour rappeler dans un premier temps les objectifs de son association.

« Notre association comprend 18 000 membres au niveau national et 500 dans le Maine-et-Loire soit environ 300 foyers.  L’idée est que les gens qui partagent le même intérêt pour le patrimoine puissent se rencontrer et échanger », poursuit Michel de Villedey. « Nous organisons des visites familiales, des conférences. Nous visitons d’autres régions et nous faisons un voyage chaque année à l’étranger », note-t-il encore.

Conférence sur le musée du Louvre

L’anniversaire des VMF 49 aura lieu vendredi 23 novembre à Angers. Une conférence est programmée à 18 h dans l’amphithéâtre René Bazin à l’Université Catholique de l’Ouest. Elle a pour thème “Le musée du Louvre, une histoire en mouvement” et sera animée par Philippe Gaboriau, directeur général du Fonds de dotation du Louvre. A 19 h deux prix de 6000 € et 2000 € seront remis aux propriétaires du Prieuré Saint-Pierre aux Verchers-sur-Layon et du Manoir de la Croye à Saint-Saturnin-sur-Loire. Un cocktail dînatoire sera servi entre 20 h et 22 h. Tarifs : 15 € pour les non-adhérents, 10 € pour les adhérents VMF et 5 € pour les étudiants.

Lire le reportage complet dans le Haut Anjou du vendredi 16 novembre 2018.

 

 

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire