A Ballée, Celloplast recrute une vingtaine de personnes

06h00 - 13 novembre 2018 - par R.G
A Ballée, Celloplast recrute une vingtaine de personnes
L’entreprise Celloplast et Pôle emploi de Château-Gontier lance une campagne de recrutement. - © Haut Anjou

La société spécialisée dans la distribution de filets plastiques extrudés et des produits de négoce pour le jardinage et l’agriculture recrute des préparateurs de commandes et des magasiniers caristes. Des postes à pourvoir dès janvier 2019.

Motivation. C’est le maître-mot de Sébastien Le Rendu, le directeur des opérations chez Celloplast. L’entreprise située à Ballée et Pôle emploi lancent une campagne de recrutement. Une idée émanant du service des ressources humaines de la société. Au total, ce sont une vingtaine de postes qui sont à pourvoir. Et ce dès janvier prochain. Des postes pour rejoindre les équipes de la plateforme logistique. Avec, à la clé, des contrats de 8 à 12 mois de 39 heures par semaine.

Des formations possibles

« Celloplast recrute 15 préparateurs de commandes, dont cinq manutentionnaires. Les débutants pour ces derniers postes sont acceptés avec une formation Caces (certificat d’aptitude à la conduite en sécurité) 1 et 3 envisageable. Une formation co-financée par l’entreprise et Pôle emploi. Pour les dix autres, la certification est exigée , indique la chargée de relations entreprises pour le Pôle emploi de Château-Gontier, Anne-Sophie Corvé. Par ailleurs, quatre magasiniers caristes avec obligation de détenir le Caces 5 sont recherchés. »

A l’issue de la réunion d’information (voir encadré), une  période d’immersion de 2 à 3 jours au sein de la société sera mise en place. Suivra ensuite une action de formation préalable au recrutement ou une embauche directe en janvier 2019. Des missions qui s’adressent aux personnes « curieuses, rigoureuses » et « motivées », renchérit le directeur des opérations.

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 9 novembre 2018.

Mots clés : Ballée, économie, emploi,

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire