Tristan Parde, un Castrogontérien collectionne des objets de la Guerre 14-18

06h00 - 11 novembre 2018 - par S.P
Tristan Parde, un Castrogontérien collectionne des objets de la Guerre 14-18
Tristan a apporté des objets pour l'exposition au musée. - © P.S.

Au musée d’art et d’histoire à Château-Gontier, plus de 200 objets de la Grande Guerre seront exposés du 11 novembre au 21 décembre. Des collégiens et lycéens ont participé à celle-ci, notamment Tristan Parde, 15 ans, un collectionneur d’articles ayant trait à la Première Guerre mondiale.

Des casques, gourdes, baïonnettes, douilles d’obus, médailles, correspondances, cartes postales... les objets collectés auprès de particuliers, par le service patrimoine du Pays de Châeau-Gontier, sont visibles dans la salle au premier étage du musée.

Deux collégiens de Jean-Rostand se sont portés volontaires pour l’installation de cette exposition intitulée 1914-1918 : histoires d’objets, mémoires d’hommes. Rayan Mahmoud et Mael Paulin, en 3e, ont voulu en savoir plus sur ce conflit : « Cela nous intéressait de connaître les histoires de ces soldats à travers les objets qu’ils ont laissés. »

Tristan chine des objets

A l’instar de Thomas Poullain, en seconde à Saint-Michel, féru d’histoire - un de ses aïeux ayant participé à 14-18 -, Tristan Parde un camarade de classe collectionne lui aussi des objets de la guerre 14-18, « depuis tout-petit ». Lionel, son père, lui a “légué” sa propre collection, « aujourd’hui il s’intéresse à la guerre d’Algérie ».

Tristan a donc hérité d’un casque, d’une chéchia sénégalaise, d’un calot, de médailles. « Je chine dans les vide-greniers et chez les antiquaires. » Il a ainsi retrouvé de l’artisanat de tranchée : des douilles d’obus, des briquets, coupe-papier. « Chez mon arrière grand-mère paternelle, j’ai découvert des cartes postales du conflit, et une pipe allemande. »

Tristan est un passionné d’histoire comme son père, et comme son grand-père, Jean-Pierre, ancien antiquaire. « Savoir que cela a appartenu à des soldats, et que certains d’entre eux se sont engagés pour leur pays, je trouve ça bien », déclare le jeune homme.
Tristan a donc voulu se mêler au groupe de travail sur l’exposition du musée, « pour voir ce que les autres allaient apporter ».

Pour le lycéen, qui a étudié en 3e au collège la guerre 14-18, « Verdun représente pour moi le conflit. Après une forte offensive allemande, les Français et les alliés ont montré qu’ils pouvaient résister. »

Pratique - Le musée d’art et d’histoire rue Jean-Bourré sera ouvert au public individuel les dimanche 11, 18 et 25 novembre, et les mercredis 14, 21, et 28 novembre de 14 h à 18 h. Vernissage samedi 10 novembre à 18 h. Entrée gratuite.
NB : trois films sont à voir. Un premier sur des extraits de guerre de Louis Morillon (une vingtaine d’aquarelles sur la vie des soldats sont d’autre part exposées, NDLR). Un deuxième film sur le témoignage en 1980 de Joseph Duchêne ancien poilu. Et un troisième sur le contexte géopolitique en 1913. Renseignements au 02 43 09 55 98 (service patrimoine).

Article complet à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du 9 novembre 2018.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire