Des riverains pour surveiller les quartiers de Segré-en-Anjou-bleu

13h00 - 05 novembre 2018 - par D.A
Des riverains pour surveiller les quartiers de Segré-en-Anjou-bleu
Le protocole a été signé le 24 octobre.

Ils sont 23 citoyens de Segré-en-Anjou-bleu à prendre part au dispositif Participation citoyenne en étant vigilant aux comportements inhabituels près de chez eux. Pour le moment, seules trois communes déléguées sont concernées mais le dispositif sera bientôt étendu.

Segré-en-Anjou-bleu est la sixième commune du Segréen à adhérer au dispositif Participation citoyenne (mais deuxième commune nouvelle après Les Hauts-d’Anjou). Concrètement, en quoi cela consiste ? Des habitants volontaires sont identifiés comme des citoyens référents dans leur quartier pour faire remonter des informations à la gendarmerie de Segré. Des petits yeux au plus près des habitants.

L’idée, c’est « qu’ils soient des référents dans leur quartier et que nous puissions communiquer entre nous, par téléphone, par mail ou par le biais de réunions qu’on organisera, afin d’avoir toujours un visuel sur ce qui se passe dans cette commune », explique Dorothée Cartier, commandant la compagnie de gendarmerie de Segré.

Eviter l’autodéfense

Gilles Grimaud, maire de Segré-en-Anjou-bleu, voit dans ce dispositif, un moyen de rassurer la population mais aussi d’éviter « des risques d’autodéfense qu’on ne souhaite pas voir se développer chez nous ».

Aujourd’hui, 23 habitants ont donc accepté de devenir les référents des forces de l’ordre de Segré. Et si aujourd’hui le dispositif concerne seulement le pôle centre de Segré-en-Anjou-bleu (Segré, Sainte-Gemmes-d’Andigné et La Chapelle-sur-Oudon), « nous en avons discuté en bureau municipal et nous avons la volonté d’étendre ça sur les pôles est et les pôles ouest. Il ne nous reste plus qu’à organiser les réunions sur ces deux pôles pour pouvoir présenter le dispositif », annonce Gilles Grimaud.

La suite de l'article à retrouver dans le Haut Anjou du 2 novembre 2018, édition papier ou numérique.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire