L’installation des agriculteurs doit passer par une bonne transmission

06h00 - 27 octobre 2018 - par M.A
L’installation des agriculteurs doit passer par une bonne transmission
De gauche à droite : Joseph Tatin, Jérôme Landais, Laurent Houdayer, Aurélien Lambert et Florent Renaudier. - © Audrey Mauny

Pour évoquer notamment les sujets de l’installation et la transmission des exploitations agricoles en Mayenne, les représentants de la FDSEA et des JA se sont rendus à Coudray auprès de Laurent Houdayer et Joseph Tatin, deux agriculteurs qui ont choisi de s’associer.

Difficultés à trouver des terres, une exploitation, à la financer, à construire un projet viable dans un contexte où les prix sont volatiles et les conditions climatiques parfois catastrophiques... En Mayenne, comme partout en France, l’installation des jeunes notamment en élevage laitier est une véritable problématique que les Jeunes agriculteurs prennent toutefois à bras le corps.
Il faut dire que d’ici cinq ans, 20% des actifs laitiers mayennais partiront à la retraite (soit environ 900) et ils seront, d’après les statistiques de la MSA, 450 à décider de stopper leur activité précocement.

Accompagner la transmission

Il y a donc des opportunités à saisir mais pour qu’elles puissent être durables, les Jeunes agriculteurs préconisent « une bonne transmission qui doit être accompagnée. Il faut inciter les cédants à laisser la place aux jeunes plutôt qu’à l’agrandissement. C’est aussi préserver notre modèle d’agriculture familiale », reprend Aurélien Lambert, représentant des Jeunes agriculteurs 53.

La transmission c’est justement le modèle qu’ont choisi Laurent Houdayer et Joseph Tatin. Aujourd’hui associés à Coudray, à la Lubinière, ils co-gèrent l’exploitation dont Laurent s’occupait depuis 1989 avec sa sœur et son beau-frère. «A leur départ l’an passé, la rencontre avec Joseph, 35 ans, a été l’opportunité de se lancer dans l’aventure », confie le quinquagénaire. Son arrivée a également été l’occasion d’augmenter les volumes pour atteindre aujourd’hui les 800 000 litres de lait et d’agrandir un peu l’espace qui accueille près de 100 animaux.

Plus d'informations dans notre édition du 26 octobre 2018.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire