Présidence du MoDem à l'Assemblée : la députée Bannier battue

09h30 - 17 octobre 2018 - par R.G
Présidence du MoDem à l'Assemblée : la députée Bannier battue
Géraldine Bannier est députée de la deuxième circonscription de la Mayenne depuis juin 2017. - © Haut Anjou

Cette élection interne faisait suite à la nomination de Marc Fesneau en tant que ministre des Relations avec le Parlement.

Ils étaient trois candidats pour succéder à Marc Fesneau à la tête du groupe MoDem (Mouvement démocrate) à l'Assemblée nationale. Une élection interne qui faisait suite à la nomination de ce dernier comme ministre chargé des Relations avec le Parlement dans le gouvernement Philippe III, mardi 16 octobre. Après le retrait de l'un des candidats, il ne restait que la députée de la deuxième circonscription de la Mayenne, Géraldine Bannier et son collègue de Savoie, Patrick Mignola.

Un remaniement qui « arrive au bon moment »

C'est finalement celui qui était jusque-là premier vice-président du groupe qui a obtenu le plus de suffrages.

Pour rappel, élue lors des élections législatives de juin 2017, l'ancienne maire de Courbeveille fait partie de la majorité présidentielle au Palais Bourbon tout en étant adhérente non pas de La République en marche (LREM) mais du Mouvement démocrate (MoDem).

Géraldine Bannier confie que la victoire de son opposant était « attendue » mais qu'elle a « simplement voulu qu'il y ait une procédure démocratique. »

Après le maintien de Jacqueline Gourault au gouvernement (Cohésion des territoires), l'entrée d'un deuxième élu MoDem ravit la parlementaire mayennaise. « La présence de Marc Fesneau est un plus car il est ouvert et apte au dialogue », confie Géraldine Bannier estimant également que ce remaniement « arrive au bon moment pour renforcer l'équipe gouvernementale car le pouvoir use et les objectifs restent les mêmes, exigeants : faire réussi le pays. »

Premier tour des Législatives : Géraldine Bannier devant Guillaume Chevrollier

Géraldine Bannier veut défendre "le bon sens avant tout"

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire