Une seconde jeunesse pour les vergers de la Courtière du Lion-d'Angers

12h00 - 16 octobre 2018 - par D.A
Une seconde jeunesse pour les vergers de la Courtière du Lion-d'Angers
Mélanie et Jérémy se sont mis au défi de reprendre la production des vergers de la Courtière, au Lion-d’Angers.

Ils ont 40 et 38 ans. Mélanie et Jérémy Bonsergent ont décidé de relever un challenge : reprendre les vergers de la Courtière au Lion-d’Angers pour ne pas voir disparaître l’activité familiale. Un véritable changement de vie qui les fait déjà vibrer.

Il y a encore quelques mois, Jérémy et Mélanie Bonsergent occupaient des postes plutôt administratifs en Bretagne. Elle, chargée de projet pour le Pays de Redon ; lui, conducteur administratif d’une association d’insertion.

Depuis le 1er octobre, le couple et ses trois jeunes garçons se sont lancés dans une nouvelle aventure : ils ont repris la production et la vente de fruits aux vergers de la Courtière, au Lion-d’Angers.

50 tonnes de fruits

Mais si le changement de vie est radical, le couple ne part pas de zéro, bien au contraire. « Mes parents ont commencé à planter les premiers vergers au Lion sur la route de Segré, au début des années 1980 », raconte Jérémy Bonsergent, 38 ans. Et ils sont arrivés à la Courtière en 1992. » Il y a donc toute une histoire familiale derrière ses vergers. Et c’est justement pour cette raison que Mélanie et Jérémy ont décidé de reprendre l’activité. « Pour leur retraite, mes beaux-parents s’étaient dit que soit ils transmettaient l’activité à quelqu’un de la famille, soit ils préféraient tout arracher, explique Mélanie, 40 ans. La situation des vergers plantés tout autour de la propriété aurait compliqué la vente à quelqu’un d’extérieur. »

La suite de l'article à retrouver dans le Haut Anjou du 12 octobre 2018, édition papier ou numérique.

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL