Gildas un Cuilléen à l'assaut du Mont-Blanc malgré la maladie

06h00 - 23 septembre 2018 - par S.P
Gildas un Cuilléen à l'assaut du Mont-Blanc malgré la maladie
Gildas Aubry a relevé le défi. - © P.S

Gildas Aubry souffre de spondylarthrite ankylosante depuis 2010. Il lui a fallu arrêter le football, qu’il pratiquait depuis son jeune âge. Puis il rebondit et se lance dans la course à pied. Il vient de relever le défi de l’ultra trail au Mont-Blanc.

Malgré la maladie, Gildas Aubry pratique la course à pied. Il a effectué le marathon du Futuroscope en 2013. En 2015 avec Gérard Séby, son ami, il parcourt les 56 km de Vannes et en 2016, 2017, 2018 l’Ultra Marin (177 km) à Vannes. Et fin 2017, il court le trail des Templiers à Millau. Et cette année l’ultra trail du Mont-Blanc (UTMB). Avant cela, il se qualifie aux points à Millau, quatre chers petits points qui lui donnent le droit de s’inscrire à l’ultra trail du Mont-Blanc. Il est ensuite tiré au sort parmi 6 000 demandeurs. Au final, 2 300 coureurs de 100 nations différentes, participeront à l’UTMB.
Le jour J arrive et se déroule avec 10 000 m de dénivelé.
Du vendredi 31 août au dimanche 2  septembre, Gildas ne va pas faire ce challenge seul. Quatre mois auparavant, il a rencontré Philippe Lechable le Vitréen au trail du lac de Guerlédan. La course, ils vont la faire ensemble.

171 km parcourus
dans le froid

Vendredi, c’est le grand jour pour parcourir les 171 km de l’UMTB. « Une équipe de dix personnes est là pour me soutenir dont ma femme, mes deux enfants, mon beau-père de 73 ans, Bruno Lauret, mon accompagnateur de course qui va pouvoir entrer dans les cinq zones de ravitaillement autorisées et mes fidèles amis. Mon objectif était d’arriver ! De ne pas abandonner. Et là le mental, c’est important. Il y a eu 780 abandons. » 
Le départ est donné à 18 h sous la pluie et la nuit va être froide (kit grand froid activé à 13 h) : 0°C ressenti, -10°C sur les hauteurs. « J’avais peur de l’altitude et du dénivelé (il s’agissait de sa première course en montagne). Cela s’est plutôt bien passé. Le samedi au col Ferret c’est la tempête. Il est 16 h. La première féminine abandonne sur hypothermie. Et puis dimanche c’est l’euphorie. à 7 km de l’arrivée en descendant au milieu des racines, des cailloux, il faut tenir sur ses jambes, ne surtout pas tomber. » Gildas a su maîtriser.
à 2 km de l’arrivée, il n’en croit pas ses yeux. Sa femme, ses enfants sont là, Lélio son fils avec le drapeau français qui ouvre la voie à son papa. Et puis les gens tapent dans la main des concurrents dans le dernier kilomètre. Gildas Aubry a fait sa course en 45 h 38 mn. « C’est un truc de fou, du hors norme, c’est aussi émouvant, la famille, les potes en larmes », répète Gildas.

Et le sommeil
là-dedans ?

1 h 10 de repos. « A Courmayeur, Philippe arrive à dormir 30 mn ; moi non. A Champex-lac j’arrive à dormir 30 mn. Et puis à Trient, on titubait alors sur nos sacs, nous avons dormi 10 mn. Nous étions en forme mais moi j’étais gelé. J’ai eu beaucoup de mal à repartir. Il faut se méfier des zones de ravitaillement de confort », prévient le sportif. 
Gildas n’a pas assez de mots pour remercier tous ceux qui l’ont aidé à réaliser cette belle épopée. « J’ai vécu une course extraordinaire avec Philippe Lechable qui a été un leader, un vrai trailer aguerri avec une superbe mentalité de sportif. » à noter les très belles performances de Thierry Gégu et Denis Morvan les deux autres Mayennais engagés sur l’UTMB.
Gildas, avec sa femme, a créé une association, M’Trail oxygène, dont le but est de courir pour d’autres associations qui viennent en aide pour les maladies comme la sclérose en plaques.
Le dimanche 2 décembre, l’association organisera un spectacle comique avec José et Loïc à 15 h à Cuillé à la salle de l’Union, en faveur d’une association pour la recherche sur la spondylarthrite ankylosante.
Réservation Gildas : 06 81 47 36 41.

Mots clés : sport, cuillé,

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire