Sylvain Rousselet « fier » d’avoir reçu le ministre de l’Agriculture sur son exploitation à Ruillé

06h00 - 07 septembre 2018 - par R.G
Sylvain Rousselet « fier » d’avoir reçu le ministre de l’Agriculture sur son exploitation à Ruillé
Sylvain Rousselet a pu présenter son exploitation de viande bovine au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert. - © Haut Anjou.

Quelques jours après le déplacement de Stéphane Travert sur son exploitation, l'agriculteur confie ses impressions.

« Je présenterai demain ces jumeaux, nés en fin de journée, à un invité un peu particulier ! Je pourrais même lui proposer de les nommer.» C’est via un tweet, accompagné de deux photos, que Sylvain Rousselet avait interpellé le ministre de l’Agriculture la veille de son déplacement sur son exploitation de plus de 70 hectares à Ruillé-Froid-Fonds.

Des parents comblés

Au-delà de ce clin d’œil, l’agriculture attendait beaucoup de la venue de Stéphane Travert, lundi 3 septembre. « J’avais à cœur de le convaincre en lui présentant notamment Ecla 53, une association qui a pour objectif de mieux valoriser la viande via une démarche de circuit-court mais aussi d’obtenir des réponses de sa part sur les Etats généraux de l’alimentation », indique l’agriculteur qui a pris la succession de ses parents, Yvonnick et Georgette, en 2009. Ces derniers, impressionnés par ce convoi, ne cachaient pas leur émotion. « C’est un honneur et une reconnaissance pour le travail de l’élevage », confiaient ceux qui ont lancé leur exploitation en 1974 avec une quinzaine de génisses.

Des échanges constructifs

Après plus de deux heures d’échanges, leur fils, vice-président des Jeunes agriculteurs, se disait « satisfait de l’écoute et de la compréhension du ministre. » Si Sylvain Rousselet n’a pas hésité à évoquer sa « passion pour le métier », il a tout de même demandé à Stéphane Travert un peu plus de reconnaissance pour la profession. « Cela fait plus d’un an que cela traîne sur les états généraux de l’alimentation. On va repartir à partir de début novembre dans les négociations commerciales. Les coûts de production doivent être mieux pris en compte. Il nous a certifié que les choses allaient évoluer positivement. Nous sommes donc dans l’attente que ces paroles se transforment en actes... »

Alors que l’agriculteur de 33 ans l’avait déjà rencontré à deux reprises, il reconnaît que ce déplacement « sur le terrain » du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation reste une « fierté » et un « honneur. »

Le ministre de l'Agriculture en visite dans le sud-Mayenne

Article complet sur la visite du ministre à retrouver dans l'édition du Haut Anjou du vendredi 7 septembre.

0 commentaires

Envoyer un commentaire