Le Lion-d'Angers : à la recontre d'une famille d'habitués au camping municipal

16h00 - 25 août 2018 - par G.Y
Le Lion-d'Angers : à la recontre d'une famille d'habitués au camping municipal
Didier Lenchantin et son petit-fils, Alexis, qui semble déjà piqué par le virus des vacances au camping des Frênes.

Originaire de Normandie, la famille Lenchantin passe tous ses étés au camping du Lion-d’Angers. Un enthousiasme qui se transmet de génération en génération...

Chaque année, les Lenchantin passent trois semaines au camping des Frênes, situé route de Château-Gontier, au Lion-d’Angers. « Nous sommes originaires de Cormelles-le-Royal, dans l’agglomération de Caen », explique Dider Lenchantin, retraité de 64 ans, confortablement installé sous l’auvent de sa caravane. « Nous vivons toute l’année en ville. Nous avons la mer à quelques kilomètres. Alors l’été, c’est à la campagne que nous souhaitons passer nos vacances », poursuit le sexagénaire. « Nous cherchons avant tout la tranquillité et le repos. »

C’est d’abord sur un autre camping du département, aux Ponts-de-Cé, que Didier Lenchantin et sa femme Brigitte avaient jeté leur dévolu, il y a plus de 30 ans. Sur les conseils d’une amie, ils s’étaient rendus une première fois au camping des Frênes en 1986.

Trois générations de campeurs

Le jeune couple d’alors tombe immédiatement sous le charme. 32 ans et trois générations plus tard, la famille Lenchantin est toujours restée fidèle au camping du Lion-d’Angers. Elle s’y rend chaque mois d’août.
Malgré le nombre de séjours passés au camping, la famille ne trouve jamais le temps de s’y ennuyer  : « Entre la randonnée, le canoë, la pétanque et les balades à vélo, les loisirs ne manquent pas », explique, Laurent, le fils de Didier, une canne à pêche à la main. « Nous visitons avec toujours autant de plaisir les grands sites touristiques de la région, ajoute Didier : la Mine bleue, le château du Plessis-Bourré... »

Au camping des Frênes, la famille calvadosienne fait désormais partie du paysage. Impliquée, elle n’hésite pas à donner un coup de main aux employés quand elle le peut, notamment pour « organiser les soirées barbecue », sourit Didier Lenchantin.

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL