Des habitants chargés de surveiller leurs quartiers à Niafles

06h00 - 26 juillet 2018 - par S.P
Des habitants chargés  de surveiller leurs quartiers à Niafles
Le lieutenant-colonel Langlois, le préfet Frédéric Veaux et le maire de Niafles Daniel Gendry signant la convention Participation CItoyenne - © Haut Anjou

Participation citoyenne, c’est le nom du dispositif proposé par l’état à travers la gendarmerie dans lequel des habitants volontaires surveilleront leurs quartiers. Niafles, est la 6e commune de la Mayenne à avoir signé une convention, la deuxième du sud-Mayenne après Azé, et la première du Craonnais.

« Il ne s’agit en aucun cas d’une milice », a expliqué le préfet Frédéric Veaux lors de la signature de la convention de Participation citoyenne jeudi 12 juillet. « Le dispositif tend à renforcer les liens entre les habitants, les élus et la gendarmerie », grâce à une surveillance par les habitants eux-mêmes. Quatre Niaflais (appelés des référents) se sont portés volontaires (dont un ancien gendarme) pour « observer des faits anormaux et nous les faire remonter », explique le lieutenant-colonel Bruno Langlois. « Ils ne se substituent pas aux patrouilles et ne seront pas chargés de réaliser des interpellations », souligne-t-il.
Pour mener à bien leur mission, ces quatre volontaires seront formés sur une demi-journée (le 8 septembre) et tous les référents de la Mayenne auront des rencontres semestrielles.

Déjà deux réseaux démantelés

Le but est de faire diminuer la délinquance. « Ce dispositif y concourt de manière efficace », se réjouit le préfet. « Sur les cinq communes qui ont déjà signé la convention, deux connaissent une baisse sensible : moins 50% de délits. Grâce aux référents, deux réseaux de vols par ruse et de vols sur personnes âgées ont été démantelés ». Et d’expliquer qu’il faut s’adapter à cette délinquance « qui évolue. Elle est aujourd’hui bien souvent itinérante. »
Le préfet relativise tout de même car la Mayenne présente un taux de délit très faible par rapport à d’autres départements « grâce au travail des forces de l’ordre. Le plus dur ce n’est pas d’atteindre un taux bas, c’est de le maintenir. »
Odile Gohier, conseillère départementale, a salué l’initiative « qui ne coûte rien à la commune en s’appuyant sur du volontariat ». Guillaume Chevrollier, sénateur, a lui souligné que cela ne pouvait qu’aller que dans « le sens de l’attractivité de la commune. »

Les communes déjà adhérentes au dispositif Participation citoyenne sont Saint-Ellier-sur-Maine, Soulgé-sur-Ouette, Azé, Commer, Louvigné et donc Niafles.
Les quatre référents à Niafles sont Michel Favroult, Etienne Baffou, Dominique Prime et Roland Renaudier.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire