Le Lion-d'Angers : 1000 km à pied pour relier la ville jumelée

12h00 - 16 juillet 2018 - par B.X
Le Lion-d'Angers : 1000 km à pied pour relier la ville jumelée
Le départ officiel a été donné le 7 juillet, place de la Mairie du Lion-d’Angers.

Pour fêter les 25 ans d’amitié avec la ville jumelée de Bad Buchau, le comité de jumelage lionnais a eu l’idée de rallier la ville allemande en relais au pas de course. Le projet a mûri pendant plus d’un an, et le samedi 7 juillet avait lieu le grand départ de cette course bien nommée 1000 bornes.

Un tel projet nécessite un investissement tant humain que sportif et financier. Une quarantaine de personnes a été nécessaire pour mener à bien ce défi, et 25 jumeleurs (équipe cuisine, médicale, reportage et bien sûr coureurs et accompagnateurs) sont partis sur les routes et chemins.

Cinq camping-cars et un petit van se sont donc lancés à l’assaut de l’asphalte pour permettre de sécuriser la course de chaque relayeur qui se passe le témoin tous les 10 ou 20 km. Un bâton-témoin qui a d’ailleurs été réalisé symboliquement par deux membres du comité, avec sculpture, peinture, et calligraphie.

Il aura été remis au président du comité allemand. Cela donnera peut-être l’idée de le ramener en France de la même manière.

Le 1er relais a été assuré par les élèves du Val d’Oudon entre le Lion-d’Angers et Montreuil-Juigné par le chemin de halage.

Une amitié sans borne

Les élèves avaient préalablement donné aux responsables leur coffre aux trésors contenant des éléments représentatifs de la vie d’un élève au Lion-d’Angers. Ce coffre aura été remis lui aussi au président du jumelage de Bad Buchau le mercredi soir sur la grande place de la ville, à l’arrivée concomitante des coureurs et du car parti le mercredi matin du Lion avec les membres du jumelage.

Ce coffre, une ancienne caisse à munitions «bien recyclée pour l’amitié, s’adresse aux élèves de Bad Buchau, de la même tranche d’âge, pour leur permettre de découvrir la vie d’un enfant en Anjou», a expliqué madame Thiercelin, professeure d’allemand au collège du Val d’Oudon.

De son côté, «1000 km ne sont pas une frontière à notre amitié, a déclaré le maire étienne Glémot. Toutes mes félicitations à l’équipe qui a monté ce projet avec un tel succès ! Vous avez relevé le défi de la médiation sur le jumelage de la plus belle des manières, des vrais pros ! Après ce projet et ce premier succès, je formule un vœu : celui que nos jeunes aient envie de tisser ces ponts entre les nations d’Europe pour participer à la construction de leur avenir ! Unie dans la diversité, telle est la devise de l’Europe.»

 

 

 

 

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL