Affaire Lactalis : "pas question de se défausser" pour Emmanuel Besnier

18h56 - 05 juin 2018 - par R.G
Affaire Lactalis :
L'activité sur l'usine de Craon a repris en phase de test vendredi 25 mai. - © Haut Anjou.

Le P-dg de Lactalis s'est exprimé sur RTL deux jours avant son audition devant la commission parlementaire à l'Assemblée nationale.

Alors qu'il sera auditionné par la commission parlementaire à l'Assemblée nationale sur l'affaire des poudres de lait contaminé jeudi 7 juin, Emmanuel Besnier, le PD-G de Lactalis, s'est exprimé sur RTL ce mardi 5 juin. 

Des excuses. "Je souhaite présenter mes excuses auprès des familles. Nous avons failli à notre mission. Nous n'aurons jamais assez de mots pour s'excuser. Je suis très touché. Je suis le premier consommateur des produits Lactalis. On se doit de donner le caractère sain de nos produits. La première erreur a été de mettre des produits sur le marché qui ne sont pas conformes. On a tout fait pour que la crise s'arrête dès qu'on a en a eu connaissance. Il n'est pas question de se défausser."

Les retraits. "Plus de 40 millions de boîtes ont été retirées en France (12 millions) et à l'étranger. Il n'y a plus aucune boîte à ce jour sur le marché. Des discussions sont en cours pour indemniser les familles avec des professionnels de santé extérieurs. On fait tout pour que cela aille le plus vite possible, mais cela demande du temps. On a plus d'une centaine de dossiers."

Reprise de l'activité. "Nous avons reçu l'autorisation de redémarrer en phase de test le vendredi 25 mai pour des produits de poudre de lait pour adultes, non commercialisés. Nous espérons une reprise d'ici quelques semaines. Dès cet été, c'est l'objectif. Le redemérrage est très encadré. Il n'y aura aucune faveur de l'Etat."

L'usine de Craon. "La tour numéro 1 a été définitivement arrêtée et a déja été démantelée. Nous avons amélioré nos processs et renforcé les analyses qui sont désormais réparties dans deux laboratoires." 

Manque de transparence ? "Nous sommes un groupe discret, rien à voir avec l'opacité que l'on nous a attribuée. Nous ferons toute la transparence. On n'a rien à cacher sur cette crise. Notre discrétion fait que certains parlent à notre place... Nos gênes font que l'on n'a pas été dans la communication. Nous sommes une entreprise, mayennaise, provinciale voire rurale. Nous sommes tournés sur l'action plus que sur la communication."

L'avenir des marques. "La marque Picot sera relancée d'ici quelques semaines ou mois. Quant à Milumel, nous avons encore des questions. L'image de la marque a été très impactée. Il y a une réflexion pour savoir si on repart avec celle-ci. Une réponse sera prise cet été."

Impact économique. "La crise n'est pas finie donc difficile de le dire aujourd'hui. Il faudra attendre encore un an pour avoir l'ensemble des données. Mais c'est une perte de plusieurs centaines de millions d'euros."

Audition de ce jeudi 7 juin. "On a tiré tous les enseignements de cette crise. Nous souhaitons désormais communiquer sur la remise en marche du site de Craon. Les députés se posent des questions légitimes. La volonté est d'être transparent sur ce qui s'est passé." 

L'avenir. "Nous avons beaucoup de leçons à retenir. La discrétion nous a pénalisés. On a aussi changé depuis cette crise. Notre groupe doit évoluer sur plus de communication. Lactalis est un groupe qui travaille sur le métier du lait et cette tradition laitière que l'on essaie d'exporter au mieux."

0 commentaires

Envoyer un commentaire