Les Black Pink de Châteauneuf, le petit club qui atteint des sommets

12h00 - 01 juin 2018 - par C.S
Les Black Pink de Châteauneuf, le petit club qui atteint des sommets
Les Black Pink sont en train de vivre une saison historique.

L’équipe de futsal de Châteaneuf, surnommée les Black Pink, performe sur tous les terrains. Le club évoluera la saison prochaine au plus haut niveau régional. Ce vendredi 1er juin, elle tentera de gagner sa quatrième coupe de l’Anjou d’affilée.

Créé il y a un peu plus de dix ans, le club de futsal de Châteauneuf est en train de vivre une saison historique. Leader de son championnat de D1 en n’ayant perdu que deux rencontres sur 22, les Black Pink devrait évoluer l’année prochaine en R1. «Ce qui signifie que l’on jouera contre des équipes de niveau DH et L2 ! On change de monde !», s’exclame Pierre Bouvet, président et joueur du club.

Vers une quatrième finale consécutive

Tout aussi impressionnant, l’équipe va disputer ce vendredi 1er juin sa quatrième finale consécutive de la coupe de l’Anjou, ce sera face à Chemillé. « Si on l’emporte, ce serait du jamais vu dans le département», assure Ludovic Weber, le coach.

Cette saison fut aussi marquée par la finale de la coupe des Pays de la Loire, le 15 mai dernier. Face à Nantes, les Black Pink faisaient offices de petit Poucet. Ils ont longtemps bataillé avant de finalement s’incliner. «Sur 34 matches joués cette saison, nous n’en avons perdu que quatre», annoncent tout sourire le président et son coach.

Bref, la saison 2017-2018 est d’ores et déjà gravée dans les mémoires. «C’était l’objectif du début d’année. On voulait absolument évoluer et non plus stagner».

Cette année aura aussi été marquée par la présence au sein de l’équipe d’un certain Malik Couturier, ancien défenseur professionnel du Sco et du Stade Lavallois en L2. «ça nous fait un bien fou.»

Changement d’envergure

Créé par une bande de copains issus du foot à onze, le club et sa vingtaine de licenciés comptent bien garder les pieds sur terre. «Nous souhaitons rester une petite structure familiale».

Mais leurs résultats vont les obliger à revoir leur fonctionnement. «L’année prochaine, il nous faudra une équipe réserve. Il nous faudra donc une douzaine de joueurs en plus. à l’avenir, il on aura peut-être besoin de monter une équipe de jeunes.»

Avis aux footballeurs intéressés... «C’est un sport très cardio qui nécessite d’être à l’aise techniquement et d’avoir une bonne vision du jeu», préviennent Pierre Bouvet et Ludovic Weber, prêts à accueillir de futurs joueurs.

Le budget lui aussi devra augmenter de 50 %. «Nous sommes à la recherche de sponsors !»

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL