Senonnes : Guillaume Viel, le gentleman qui représente la France en Europe

06h00 - 21 avril 2018 - par M.A
Senonnes : Guillaume Viel, le gentleman qui représente la France en Europe
Pour Guillaume Viel, les gentlemen’s riders représentent «?la classe, la courtoisie, la politesse». - © DR

Le 5 mai prochain, l’hippodrome de La Maroutière accueillera dix épreuves dans le cadre de la course aux clochers. L’une d’entre-elles, un cross de 4?200?m, réservé aux gentlemen’s riders sera le support de la 2e étape du championnat du monde. Parmi les six concurrents, le représentant français est Mayennais. Portrait de Guillaume Viel.

S’il a décidé de ne pas marcher dans les pas de son père, Laurent, entraîneur à Senonnes, Guillaume Viel a reçu la passion des courses en héritage. Mais c’est à cheval, chez les gentlemen’s riders que le jeune homme de 22 ans s’épanouit. « J’ai pensé, un jour, devenir jockey comme mes deux frères mais mon physique ne me le permettait pas. Je suis grand et lourd, je ne peux pas monter tous les chevaux. »

Des études en parallèle

Depuis 2012, il monte chaque samedi matin et participe, tous les ans, à une soixantaine de courses. En parallèle, il poursuit ses études. « Je suis en 2e année de master en biologie et je travaille en contrat pro pour un laboratoire notamment spécialisé dans les chevaux », résume le sud-Mayennais qui envisage, l’an prochain, de partir à l’étranger.
Une décision qui ne l’empêchera pas de poursuivre sa passion puisque «dans toute l’Europe, il existe des courses pour les gentlemen’s riders. Il me suffira de continuer à courir régulièrement pour entretenir ma condition physique et de me rapprocher d’entraîneurs locaux.»
Aujourd’hui, Guillaume Viel court essentiellement pour son père, mais aussi éric Leray et François Nicolle à Royan « mais je peux également être appelé ponctuellement par d’autres entraîneurs. »

3e gentleman français

« Tant que mon poids me le permet, je continuerai à monter », assure-t-il. L’an passé, Guillaume a terminé 3e du classement français, ce qui lui a permis de représenter le pays sur la gentlemen’s league, le championnat européen fondé il y a deux ans par trois gentlemen’s riders. « C’est une véritable opportunité de découvrir des hippodromes atypiques partout en Europe, de faire de nouvelles rencontres et de monter des chevaux différents. »
L’une des courses programmées dans le cadre de la course aux clochers, le 5 mai sur l’hippodrome de La Maroutière, sera d’ailleurs support de la gentlemen’s league. « Ce sera la 2e étape, après Cork en Angleterre. On essaye la plupart du temps de se greffer à d’autres manifestations. »
Tête de liste du championnat français avec trois victoires, Guillaume Viel espère faire mieux que la 9e place qu’il a obtenue le 22 mars dernier à Cork. « Cette année, il y aura onze étapes qui se dérouleront dans sept pays différents. » Et sur plusieurs d’entre elles, dont Château-Gontier, un concurrent américain donnera une note internationale à cette toute jeune compétition.

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL