La nouvelle formule de collecte des ordures ménagères porte ses fruits au Pays de Craon

06h00 - 13 avril 2018 - par C.T
La nouvelle formule de collecte des ordures ménagères porte ses fruits au Pays de Craon
Parmi les réajustements du Pays de Craon, un changement de jour de collecte pour environ 1000 foyers d’une partie des communes de Ballots, Livré-la-To

Voilà trois mois qu’a été mise en place la nouvelle formule de ramassage des ordures ménagères avec deux bacs individuels en campagne et en ville pour les ordures ménagères et emballages. Le Pays de Craon a tiré les premiers enseignements.

«Après quelques difficultés au démarrage concernant la collecte, la situation s’est stabilisée à part quelques points qui restent encore à régler», admettent les techniciens Frédéric Michel et Lisenn Mingant accompagnés du vice-président de la communauté de communes Joseph Jugé.

Côté résultats, c’est la satisfaction qui prédomine. «Nous étions à une moyenne de 153 kg par habitant d’ordures ménagères. Nous visions 146 kg avec la nouvelle formule des deux bacs individuels pour tous. Et bien nous sommes sur une base de 122 kg sur l’année !» se réjouissent-ils. «La réduction serait de 800 tonnes par an.» Des résultats qui montrent qu’il y avait encore une grosse marge de progression en matière de tri. «Nous nous sommes aperçus que certains ne triaient pas et s’y sont mis.»

67% d’emballages en plus récupérés

La collecte des emballages grâce aux conteneurs mis à disposition de chaque foyer est révélatrice. Elle progresse de 67 %. Le tonnage des ordures ménagères lui baisse de 18 %. Cette nouvelle formule a aussi eu des répercussions plus larges. « Nous avons vendu une cinquantaine de composteurs en trois mois alors que les années précédentes c’est ce que nous vendions en un an. »

Des économies mais aussi des hausses

Economiquement, le Pays peut espérer une économie de 60 000 € cette année. De là à espérer une baisse de la taxe ? «Nous nous donnons un an ou deux pour analyser la situation.»
Mais de mettre en exergue qu’il y a eu des hausses. «Comme maintenant nous passons au bout de chaque chemin, en campagne, alors qu’avant les camions ne passaient qu’à quelques points où étaient situés les bacs collectifs, le nombre de kilomètres à payer a énormément augmenté».
De plus, des réajustements ont été nécessaires : des camions et équipes ont été ajoutés. « Désormais ce sont trois camions qui tourneront par jour, cela représente un équipage en plus. »

Enfin, une vingtaine de bacs collectifs vont finalement être réinstallés dans le territoire. «Nous le faisons par soucis de sécurité car à certains endroits c’était délicat Mais on se garde le droit de les enlever de nouveau si cela redevient des décharges».

0 commentaires

Envoyer un commentaire