Le projet de terrain synthétique revient à l’ordre du jour à Château-Gontier

06h00 - 18 mars 2018 - par R.G
Le projet de terrain synthétique revient à l’ordre du jour à Château-Gontier
Le complexe sportif du Pavé sera-t-il bientôt doté d’un terrain synthétique ? - © Haut Anjou

Cette fois, le projet verra-t-il le jour ? Déjà avancée par le passé, la réalisation d’un terrain synthétique est de nouveau en réflexion.??Mieux,??une étude va être engagée.

Les séances d’entraînement pour les joueurs de l’Ancienne de Château-Gontier se déroulent dans des conditions difficiles ces dernières semaines. Le groupe de Guillaume Rey prend donc régulièrement le chemin vers la Balastière pour s’entraîner. Mais là aussi, tout n’est pas optimum (seule une moitié du terrain est éclairée). « Quelques améliorations techniques seront apportées », indique simplement le vice-président en charge des sports au Pays de Château-Gontier, Vincent Saulnier.
Mais secrètement, du côté de l’Ancienne on espère encore un peu plus. Déjà évoquée lors de la fusion - finalement avortée - entre l’Ancienne et le FC Château-Gontier au printemps 2016, la réalisation d’un terrain synthétique revient ainsi à l’ordre du jour.

Une alternative attendue

« Nous avons de bons terrains très bien entretenus au Pavé mais la période hivernale reste très compliquée. S’entraîner sur le stabilisé de la Balastière est loin d’être l’idéal », affirme le président de l’Ancienne, de Château-Gontier, Laurent Lemarchand. « Ce synthétique serait un terrain de repli en cas de mauvaises conditions », ajoute l’entraîneur, Guillaume Rey.

Et une alternative pour éviter les différents reports de matches dans le cas où il serait homologué par la Fédération française de football. Dans ce sens, « une étude sera conduite d’ici la fin de l’année », confirme d’ailleurs Vincent Saulnier. Localisation, coût, entretien, homologation du terrain ou non pour accueillir les matches de championnats... tous ces points seront abordés dans l’étude.

Si certains terrains synthétiques peuvent ne pas être homologués, ceux qui le sont bénéficient de subventions au titre du Fonds d’aide au football amateur (Fafa), géré par la Ligue. Le coût d’une telle surface est évalué entre 500 000 et 600 000 euros. « Nous ne fermons aucune porte. Les résultats de l’étude permettront d’avoir une approche globale du projet », ajoute l’élu.

Ce projet d’infrastructure sportive s’ajouterait à ceux déjà actés de la rénovation-extension du Pressoiras et la déconstruction/reconstruction de la salle Antoine-Rigaudeau.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
1 commentaires
  1. Sandrine MAZUEL

    Peut être faudrait il aborder le vrai sujet ? À savoir la toxicité des fameux terrains synthétiques.... Un reportage fort instructif a été diffusé récemment sur une chaîne du service public et a clairement posé la question du caractère cancérogène du matériel utilisé (granules de pneus recyclés). Peut être votre journal pourrait il profiter de l'occasion pour informer le public ? C'est le rôle de la presse non ?

    Signaler le commentaire

Envoyer un commentaire