Agriculteur et brasseur à Azé, Stephane Garnier impose son style

00h00 - 14 mars 2018 - par S.P
Agriculteur et brasseur à Azé, Stephane Garnier impose son style
Anthony Garnier aimerait sortir une nouvelle bière pour chaque saison. - © A.M.

Entre Azé et Fromentières, Stéphane Garnier est installé depuis dix ans sur une exploitation en cours de conversion à l’agriculture biologique. Depuis plusieurs mois, il s’est lancé un nouveau défi : brasser sa propre bière et la commercialiser. Six variétés sont déjà en vente et la prochaine sera disponible à partir du 17 mars, jour de la saint-Patrick.

« Brasser une bière, c’est à la fois scientifique et artisanal.» Et c’est une des facettes qui a séduit Stéphane Garnier lorsqu’il a décidé de se lancer dans cette activité complémentaire. éleveur de volailles et de vaches allaitantes depuis dix ans à Champ-Grenu, il avait auparavant travaillé dans la transformation de produits cidricoles. «J’ai eu envie de trouver quelque chose qui me fasse lever le pied progressivement». Pas simple ni encore rentable, le lancement de la brasserie lui a demandé une formation en conception et fabrication. « Mais en terme d’investissement financier, les bâtiments étaient déjà là. Je peux me permettre de prendre mon temps.»

Une nouvelle bière
pour la saint-Patrick

En effet, depuis octobre dernier, Stéphane Garnier accueille les curieux dans un des bâtiments de l’exploitation agricole qu’il a totalement dédié aux bières et qu’il a commencé à brasser en août. Il y a la brune, la blanche, et la rousse qu’il souhaite compléter par d’autres variétés en fonction des saisons et de ses envies. «A Noël, j’ai sorti une bière noire, une autre est en préparation pour cet été. Mais en attendant, celle du printemps sortira le 17 mars, pour la saint-Patrick.» Si d’ordinaire, les brasseurs travaillent l’hiver pour vendre l’été, Stéphane Garnier a besoin de produire régulièrement pour pouvoir disposer d’un stock suffisant. «Avec un brassin de 150  l, je produis 380 bouteilles de 33 cl.» Un procédé totalement artisanal qui lui demande à chaque fois sept heures et au cours duquel il ajoute de l’orge maltée, du houblon et des levures. « Il faut entre deux et trois mois pour sortir une bière. En fonction de mes goûts et des retours clients, je procède à quelques ajustements mais la bière reste un produit vivant », rappelle cet amateur de bières parfumées notamment.

« Au moins, je maîtrise quasiment tout »

Si dans le cadre de son activité principale, Stéphane Garnier est confronté à un contexte délicat, il l’assure : « En brassant ma propre bière, je maîtrise quasiment tout, de A à Z. » à l’exception du prix des matières premières, c’est lui qui a décidé les prix de vente ; il a également, avec sa femme Stéphanie, élaboré le nom et l’image de la bière qu’ils vendent sous le nom de “Steff angevine” « représentée par une femme avec de longs cheveux dont la couleur change selon la variété ».
Pour ce qui est de la façon de travailler, là encore l’agriculteur en cours de conversion au bio a souhaité apporter sa vision des choses : « Je ne fais pas de bière bio pour le moment. J’estime qu’on peut faire bien en faisant attention, d’autant plus que la bière est composée à 95 % d’eau. » En création permanente, il cherche tout de même à chaque fois à offrir un produit de qualité qui n’est ni pasteurisé, ni filtré et qui respecte l’environnement.

Pratique - La brasserie Champ-Grenu (située sur la commune d’Azé sur la route de Fromentières) est ouverte le mardi de 16 h à 19 h et le samedi de 10 h à 13 h. Contact  : 06 65 72 78 01.

 

0 commentaires

Envoyer un commentaire


NULL