272 personnes accueillies à l’aire des gens du voyage l’an dernier : Le calme règne, les enfants sont suivis dans leur scolarité

00h00 - 29 septembre 2005
272 personnes accueillies à l’aire des gens du voyage l’an dernier : Le calme règne, les enfants sont suivis dans leur scolarité

Créée en juillet 2003, l’aire d’accueil des gens du voyage sur la rocade ouest a trouvé son public. 27 familles, 107 adultes et 165 enfants l’ont fréquentée l’an dernier. A entendre le gestionnaire du lieu, les difficultés de voisinage ont disparu. «On a des ferrailleurs et des vendeurs de terre cuite. De temps en temps, il faut leur faire comprendre qu’ils doivent ranger leurs affaires. Mais ça passe très bien. On a aucun souci», affirme Dominique Maugeais, le gestionnaire de l’aire d’accueil. Les gens du voyage ont pris leurs habitudes dans ce cadre réglementé. 8 emplacements comprenant sanitaires individualisés et branchements électriques sont mis à leur disposition. L’aire peut accueillir jusqu’à 24 caravanes dans la journée. «On a un taux d’occupation de 75 % l’année. Depuis août, c’est complet mais déjà certaines familles s’apprêtent à partir». Elles descendent en général vers Angers. «On les voit peu à Laval et pas du tout à Mayenne» explique Jean-Marc Kéromnes, directeur de l’association mayennaise d’accueil des gens du voyage. «Chacune a son territoire» qui dépasse les frontières administratives. «Cela engendre parfois une difficulté supplémentaire notamment dans le suivi scolaire. Ce n’est pas évident». A Château-Gontier-Bazouges, les familles restent plus longtemps qu’ailleurs : «en moyenne 53 jours, contre 15 à Laval» déclare, chiffres à l’appui, Dominique Maugeais. «On a des habitués et des familles qui bougent moins» observe Bruno Hérissé, adjoint au maire. Cette tendance est profitable à la scolarité des enfants.L’accompagnementscolaireLa sédentarisation synonyme aussi de «déstructuration, de fin d’un mode de vie qui n’est plus en cohérence avec le XXle siècle» se caractérise entre autres par la présence d’enfants des gens du voyage dans les collèges. «C’est assez nouveau» constate Bruno Hérissé. Mais pas forcément une surprise. Dans le financement de l’aire d’accueil, il y avait derrière l’obligation de mise en place de mesures d’accompagnement scolaire, afin de faciliter l’insertion. D’après Jean-Marc Kéromnes, «le voyage n’est en fait qu’une question de survie économique. Si les enfants réussissent à l’école, ils auront la possibilité de choisir la vie qu’ils voudront mener». Début 2005 a donc été formé un comité de suivi d’actions d’accompagnement scolaire des enfants du voyage, réunissant des élus, des services de la collectivité du Pays de Château-Gontier, le C.C.A.S., l’Éducation nationale, des écoles, le conseil général, la Caf et l’Amav. Du soutien scolaire, Cned et ASSR (attestation scolaire de sécurité routière), des animations, des ateliers éducatifs sont proposés aux enfants. Maud Rieffel, assistante d’Éducation nationale et Mathieu Maurice, moniteur adjoint d’animation Amav interviennent sur place. L’accompagnement scolaire se déroule le lundi soir de 16h45 à 18h30, dans un camping-car. Une convention en passe d’être signée avec la primaire Jean Guéhenno prévoit l’utilisation des locaux de l’école. Si des personnes se sentent motivées pour l’aide aux devoirs, à la lecture, ou bien pour participer à la mise en œuvre des activités éducatives le mercredi matin, qu’elles se fassent connaître auprès de l’Amav au 02 43 02 93 38 ou en mairie au 02 43 09 55 55. «On recherche des bénévoles» avoue Anne Dauzon, directrice du C.C.A.S.

Abonnez-vous au journal Haut-Anjou
0 commentaires

Envoyer un commentaire